9 avril 2013

La stratégie commerciale du remake de Carrie bat tous les records de connerie !

Admettons que le film de 1976 réalisé par Brian De Palma soit maintenant trop vieux pour intéresser un nouveau public, admettons que ce même public n'ait pas forcément envie de lire le roman de Stephen King dont cette histoire est tirée, à partir de là, oui, effectivement, c'est peut-être une bonne idée d'en faire un remake avec une jeune actrice actuelle...

Mais pour vendre cette histoire, il faut donner envie de voir le film grâce à une bande-annonce pour ceux qui ne sauraient absolument pas de quoi ça parle, on est bien d'accord... En revanche, est-il vraiment nécessaire de raconter absolument tout le film dans cette nouvelle bande-annonce (visible ci-dessous) ???


Bon ben si vous avez vraiment envie de tout savoir, voici la vidéo :



Donc pour résumer (attention spoilers, même si ceux-ci sont visibles dans la bande-annonce), la jeune Carrie est légèrement maltraitée par sa mère hyper-croyante qui l'enferme régulièrement dans le placard, ses camarades de classe se moquent d'elle, quand elle se met en colère elle développe des pouvoirs télékinésiques (qui lui permettent de déplacer des objets à distance), sa mère croit que ce sont des pouvoirs démoniaques, un garçon sympa l'invite à aller au bal de la promotion, sa mère est persuadée que tout le monde va se moquer d'elle, une prof sympa met en garde ses camarades au cas où ils prépareraient une mauvaise blague contre la gentille Carrie, elle est élue reine du bal mais un liquide rouge et visqueux se déverse sur elle devant tout le monde, et à partir de là tout part en couille, ce qui inclut visiblement des scènes où elle casse des voitures...

Bravo ! Là je dois bien avouer que les mots me manquent pour féliciter la stratégie commerciale des studios MGM et Screen Gems qui sont visiblement persuadés qu'ils vont séduire un nouveau public en leur dévoilant 95% du scénario dans la bande-annonce d'un film va essayer de coller à la mode actuelle des histoires avec des ados qui ont des pouvoirs surnaturels.

Je ne vois que deux raisons qui puissent expliquer une telle stratégie : soit ces gens confondent bande-annonce et résumé, soit le film est tellement mauvais qu'il faut en mettre le plus possible dans le trailer pour espérer attirer un public crédule qui risque de croire que tout ça ne se déroule que dans la première demi-heure !

(Euh... on essaye de nous faire croire que la maman interprétée par Julianne Moore va se transformer en zombie là ?)

Et j'ose à peine mentionner le fait que la jeune actrice Chloë Grace Moretz ("Kick-Ass", "Dark Shadows", "Kick-Ass 2") est bien trop mignonne pour qu'on puisse croire à son personnage impopulaire et persécuté. Sissy Spacek, l'actrice originale de 1976, arrivait bien mieux à nous faire croire au caractère très commun du personnage (notez : je n'ai pas dit qu'elle était moche)...

Bref, tout ça parait très mal barré ! Mais il ne faudrait pas oublier la surcouche française qui réussit une nouvelle fois à empirer les choses grâce à un titre francophone dont le sens échappe à toute logique. Le titre en VO de l'original et du remake, c'est tout simplement "Carrie". Facile...
En France, le film de 1976 se nommait "Carrie Au Bal Du Diable", ce qui était très extrapolé (voire franchement faux) mais avait au moins le mérite de mentionner les éléments principaux du métrage. À priori, il aurait été (trop) simple de laisser le remake se nommer "Carrie" en 2013 en France. Ben ouais, on aurait pu le confondre avec... je vois pas trop en fait ! L'original ? C'est un peu le but, non ?

Mais non, le distributeur français (Sony Pictures) a visiblement pensé que la solution la plus logique serait qu'en France ce remake se nomme "Carrie, La Revanche" !!! Mais oui ! Bien sûr ! La revanche !!! De qui, de quoi ? Je ne sais pas... Du coup c'est pas comme si on risquait de croire qu'il s'agit de la suite du film de 1976 ! Ah ben si en fait... Mais bon, ils doivent savoir ce qu'ils font hein...

N'empêche, pour mémoire, les titres français qui contenaient le mot "revanche" s'appliquaient toujours à des suites (et pas souvent les meilleures), notamment dans le domaine du cinéma fantastique/d'épouvante : "Transformers 2 : La Revanche" (2009), "Hook Ou La Revanche Du Capitaine Crochet" (suite plus ou moins officielle de "Peter Pan", 1991), "Les Dents De La Mer 4 : La Revanche" (1987), "Freddy - Chapitre 2 : La Revanche De Freddy" (1985), "Halloween 5 - La revanche De Michael Myers" (1989), "La Revanche De King-Kong" (1967), "Puppet Master III - La revanche De Toulon" (1991), "Comme Chiens Et Chats - La Revanche De Kitty Galore" (2010).
(Bon, on va dire que "Star Wars Episode III - La Revanche Des Sith" et "La Revanche D'Une Blonde" ne comptent pas...)

Quoique c'est peut-être une astuce pour espérer vendre quelques DVD de la suite catastrophique "Carrie 2 : La Haine" qui était sortie en 1999 ? Ah ben non, cette suite est distribuée par United Artists / MGM en France. Donc tout ça n'a aucun sens ! À la limite je m'en fous car je ne crois pas à ce remake depuis le début, mais c'est toujours gonflant de voir un film massacré dès sa campagne de promotion.

Bref, pour tous ceux qui voudraient savoir ce que contient le seau dont le contenu est déversé sur la jeune reine du bal (puisque c'est l'un des rares points à ne pas être révélé dans le trailer), la version longue de la bande-annonce de "Carrie, La Revanche" sortira sur les écrans français le 4 décembre 2013.

Aucun commentaire: