22 septembre 2012

Critique ciné : Jason Bourne - L'Héritage

En 2002, un film d'action/espionnage venu de nulle part porté par un acteur, Matt Damon, qu'on n'avait jamais vu dans un rôle aussi physique venait drôlement secouer ce genre de cinéma : "La Mémoire Dans La Peau" ("The Bourne Identity" en VO) ! Pour mémoire, la même année sortait le 20ème film de la saga James Bond intitulé "Meurs Un Autre Jour"...

Venu de nulle part ? Pas vraiment en fait. Le bouquin intitulé "The Bourne Identity" de Robert Ludlum s'était taillé une belle réputation chez les amateurs du genre depuis sa publication en 1980, à tel point qu'il avait déjà été adapté sous la forme d'un téléfilm avec Richard Chamberlain ("Les Oiseaux Se Cachent Pour Mourir", 2 films "Allan Quatermain", "Shogun") et Jaclyn Smith (l'une des "Drôles De Dames" de la série originale) en 1988. Il a également inspiré la célèbre bande-dessinée belge "XIII". Si le film de 2002 s'éloigne légèrement du roman original, il connaitra tout de même un beau succès en salles et une suite sera rapidement mise en chantier.

Mais le réalisateur Doug Liman ("Mr. & Mrs. Smith") n'est pas reconduit pour la suite de "La Mémoire Dans La Peau" à cause de ses nombreux désaccords avec le studio durant le tournage du premier film. C'est donc Paul Greengrass ("Bloody Sunday") qui est choisi pour s'occuper de "La Mort Dans La Peau" ("The Bourne Supremacy") qui sort en 2004. Si le scénario ne s'inspire que très partiellement du livre portant le même titre (paru en 1987), le film est une nouvelle fois un succès et l'ensemble de l'équipe est reconduite pour un troisième film.

C'est donc en 2007 que sort "La Vengeance Dans La Peau" ("The Bourne Ultimatum"), un film une nouvelle fois réalisé par Paul Greengrass, et c'est l'épisode qui connait le plus grand succès, malgré le fait qu'il ne reprend que très peu d'éléments du livre paru en 1990. A partir de là, il est logique (pour le studio) de continuer la saga mais les choses se compliquent : après avoir déclaré qu'il ne reprendrait pas le rôle puisque l'histoire de Jason Bourne est à priori bouclée, Matt Damon revient sur sa décision fin 2009 et espère pouvoir commencer à tourner le quatrième film à partir de la mi-2011 si le réalisateur Paul Greengrass est toujours de la partie. Hors ce dernier déclare à la même époque qu'il ne reviendra pas sur la franchise (à moins d'avoir un très bon script).

En juin 2010, Tony Gilroy (réalisateur de "Michael Clayton" et "Duplicity", et co-scénariste de "L'Associé Du Diable", "Armageddon" ainsi que des trois premiers films de la saga Bourne) est annoncé comme co-scénariste du 4ème film. Deux mois plus tard, on apprend également que c'est le même homme qui va réaliser le film. Etant donné que Matt Damon et Paul Greengrass ne font plus partie du projet, Tony Gilroy décide que son film continuera de faire évoluer l'histoire déjà abordée mais en la présentant par le biais d'un nouveau personnage nommé Aaron Cross. C'est Jeremy Renner ("Démineurs", "Mission : Impossible - Protocole Fantôme", "Avengers") qui est choisi pour le rôle principal, tandis que les seconds rôles les plus importants sont confiés à Rachel Weisz ("La Momie", "Sunshine", "Le Retour De La Momie", "Constantine", "Agora") et Edward Norton ("American History X", "Fight Club", "Dragon Rouge", "L'Incroyable Hulk").

Il y a quelques précisions à apporter au sujet de ce 4ème épisode de la saga : si le titre original du film est "The Bourne Legacy", tout comme celui du 4ème livre paru en 2003, les deux histoires n'ont rien en commun et le scénario du film est totalement original et inédit. C'est d'ailleurs peut-être pour cette raison que le titre français du livre qui est "La Peur Dans La Peau" n'est cette fois pas repris pour le titre français du film. Cela semble à priori logique, sauf que le titre "Jason Bourne : L'Héritage" choisi pour la France n'est pas franchement raccord avec les trois premiers titres, sans parler du fait qu'il est un peu (voire très) trompeur vu que Jason Bourne n'apparait pas dans et n'est pas au cœur de ce film !


L'histoire : après que les opérations Treadstone et Blackbriar aient été révélées à l'attention de Pamela Landy par Jason Bourne, la C.I.A. décide de mettre brutalement fin à toutes ses autres opérations similaires en cours, y compris l'opération Outcome pour laquelle l'agent Aaron Cross est en pleine phase d'entrainement...

Alors si j'ai bien compris ce que Tony Gilroy essaie de nous faire avaler, c'est qu'il suffit de mettre 2-3 extraits du film précédent ou quelques caméos (apparitions) de ses acteurs tout au long du métrage pour qu'on puisse prétendre que "Jason Bourne - L'Héritage" est la suite de "La Vengeance Dans La Peau" ! Sauf qu'en y regardant de plus près, tout ça ne sert strictement à rien, si ce n'est rallonger le film avec diverses scènes aussi inutiles qu'incompréhensibles. Car pour être franc, même si on enlève toutes les références à Jason Bourne, le scénario de ce nouveau film reste strictement le même, c'est-à-dire celui d'une histoire indépendante qui part dans une direction complètement différente avec de nouveaux personnages ! Donc ça, c'est la plus grosse arnaque de "Jason Bourne - L'Héritage" : il n'a rien en commun avec les trois films précédents, ni pour la continuité de l'intrigue, ni au niveau de son réalisme, ni en ce qui concerne la qualité de son scénario, de son rythme ou de ses scènes d'action.

Soyons clairs : s'il suffisait de montrer un agent secret pourchassé autour du globe par sa hiérarchie coincée devant des écrans d'ordinateurs dans des bureaux sous-éclairés pour faire un nouveau film consacré à Jason Bourne, la saga conterait déjà 6842 épisodes (dont le très moyen "Piégée" de Steven Soderbergh sorti en juillet dernier qui était pourtant nettement meilleur que ce "Jason Bourne - L'Héritage") !!! Si Tony Gilroy pense avoir respecté le cahier des charges de la saga avec son nouveau film, c'est qu'il n'avait finalement pas compris grand-chose à ce qui faisait l'identité des trois films précédents (qu'il avait pourtant co-écrits) ! Car mine de rien, en plus d'évoluer dans un domaine plus proche de la science-fiction (véridique !) que celui de la saga Bourne, le scénario de "Jason Bourne - L'Héritage" multiplie les trous, les incohérences et les longueurs...

(Si Jeremy Renner fait ce qu'il peut avec le personnage creux qu'on lui a confié, la belle Rachel Weisz sauve le film à condition d'être un de ses fervents admirateurs, ce qui est mon cas !)

Rien que l'introduction du film est pénible pour le spectateur : 20 minutes de bla-bla incompréhensible et de flash-backs inutiles qui tentent de relier le tout aux événements de "La Vengeance Dans La Peau", tandis qu'on nous montre diverses (belles) scènes d'Aaron Cross en plein entrainement en Alaska. On se demande sérieusement quand le film va démarrer pour de bon et surtout quand est-ce qu'on va commencer à y comprendre quelque-chose ! Et une fois que les premières scènes d'action en Alaska sont passées (il s'agit d'ailleurs des plus réussies pour la totalité du métrage), les dessous de l'opération Outcome finissent par se dévoiler lentement aux spectateurs qui ne pourront que constater le manque flagrant de détails (qui auraient pu servir à rendre l'ensemble plus crédible) ainsi que la vacuité des enjeux qui poussent nos héros à quitter le territoire américain, révélant par la même occasion le manque d'enjeu global de ce scénario stupide et minable... Et les gens qui ont écrit cette insulte à l'intelligence des spectateurs n'ont eu peur de rien puisqu'à la fin du métrage on atteint des sommets de ridicule lorsque les "méchants" abattent leur dernière carte et que l'affrontement final entre le plus "gentil" et le plus "méchant" est en fait complètement dénué d'affrontement puisque les deux personnages ne font que se courir après sans jamais se toucher !!! Souvenez-vous bien des 3 films précédents et des bastons épiques entre agents secrets surentrainés lorsque vous ferez le compte de ce qu'a combattu Aaron Cross dans "Jason Bourne - L'Héritage" (si toutefois vous avez la malchance de l'avoir vu) !

Niveau réalisation, ce n'est ni mauvais ni franchement bon. Tony Gilroy copie le style tremblant (et parfois gonflant) de Paul Greengrass lors des rares scènes d'action, mais vu que les scènes d'action en question passent en général très vite et ne sont pas passionnantes, tout cela semble bien plus inutile que dans la trilogie précédente. On retiendra tout de même quelques beaux plans aériens (notamment en Alaska), un (trop) rapide mais superbe plan séquence (légèrement retouché) lorsqu'Aaron Cross escalade la maison du docteur Marta Shearing par l'extérieur, ainsi qu'une jolie scène très brève dans l'une des rues les plus étroites de Manille. Quant à la musique de James Newton Howard ("Batman Begins", "The Dark Knight") qui prend ici la suite de John Powell, elle passe quasiment inaperçue si ce n'est lorsqu'elle reprend quelques thèmes déjà composés par Powell, ainsi que le fameux morceau de Moby qui conclut tous les films de la saga.


(Ce n'est pas parce-que ce trailer cite sans arrêt Jason Bourne que le film a un quelconque rapport avec lui ! Et personnellement, j'appelle ça de l'arnaque !)

"Jason Bourne - L'Héritage" de Tony Gilroy réussit le difficile pari de se moquer à la fois du spectateur mais aussi de la série de films à laquelle il s'intègre en multipliant les facilités et erreurs de scénario, ainsi qu'une réalisation sans grande ampleur. Si on ne doute pas que Jeremy Renner puisse porter un bon film d'action sur ses seules épaules (c'était déjà un peu le cas dans "Démineurs"), il lui faudra attendre une prochaine opportunité ("Mission : Impossible 5" ?) pour le prouver pour de bon ! Quant à Rachel Weisz, si je dois bien avouer avoir beaucoup aimé sa participation au film (notamment pour les scènes où elle porte un débardeur), ça n'était pas cette fois pour ses talents d'actrice puisqu'on ne lui a rien donné de très intéressant à jouer (même si le personnage de Jeremy Renner est tellement creux qu'elle prend pas mal d'importance à la tête du film) ! Et Edward Norton avec ses cheveux (teints) grisonnants pour avoir l'air plus sérieux, on se demande vraiment ce qu'il est venu faire dans cette galère tant son personnage sans relief pourrait être interprété par n'importe-qui...

Bref, même si je trouvais jusqu'ici que la saga Bourne était légèrement sur-évaluée (notamment à cause du fait qu'il est un peu facile de rajouter film après film des éléments de la vie d'un personnage ayant perdu la mémoire), elle ne méritait pas un traitement aussi mercantile de son image et de son nom ! La saga Jason Bourne (du moins, celle qui mérite de porter ce nom) rejoint donc ces autres sagas comme "Die Hard" ou "Indiana Jones" qui n'ont compté que 3 films en tout et pour tout ! Même si Hollywood a tenté un jour de nous faire croire qu'il existait un 4ème film...

Je souhaite beaucoup de malheur au box-office de "Jason Bourne - L'Héritage" car je n'ai pas envie que cette arnaque caractérisée continue avec un éventuel 5ème film (auquel le studio réfléchit déjà) !

Edit 23/09 : si vous trouvez que j'ai été beaucoup trop gentil dans cette critique écrite, n'hésitez pas à jeter une oreille sur le nouvel épisode du podcast 24FPS ou je passe la seconde couche de façon bien plus virulente dans un débat où il m'est permis de spoiler sur le scénario de "Jason Bourne - L'Héritage".

Aucun commentaire: