23 avril 2014

24FPS 53 : Noé

Une chose est sûre, le cinéma de Darren Aronofsky ne laisse pas indifférent ! Depuis son Pi difficile à décoder, son Requiem For A Dream choc, son Batman Year One qui n'a (heureusement ?) pas vu le jour, son The Fountain un peu (trop ?) mystique, son The Wrestler bouleversant, son Black Swan troublant, et enfin son The Wolverine abandonné, il a décidé de s'attaquer au récit bien connu de Noé et de son arche remplie d'animaux.

N'attendant pas forcément grand-chose de ce type d'histoire, j'étais tout de même curieux de voir pourquoi Darren Aronofsky avait décidé de s'y attaquer, et je dois bien avouer que j'ai été agréablement surpris par le(s) point(s) de vue adopté(s) dans ce long métrage qui oscille entre interprétations littérales de la Bible, interprétations très personnelles, récit de pure fantasy ou encore critique éventuelle du comportement religieux. Bref, un joyeux mélage plutôt osé et inattendu que je tente de détailler dans ce nouvel épisode du podcast 24FPS en compagnie de Julien :


Dans la première partie sans spoiler, Julien et moi revenons donc sur les origines du texte, puis sur la carrière d'Aronofsky, et enfin sur l'historique de ce long-métrage pour lequel nous livrons notre avis en essayant de spoiler le moins possible une histoire que tout le monde est supposé connaître. Car c'est après le signal sonore que débute la seconde partie de l'émission (avec spoilers) où de nombreuses discussions ont lieu, notamment sur la signification et l'interprétation de plusieurs scènes.



Bonne écoute, et n'hésitez pas à nous donner également votre interprétation !

Pour rappel, vous pouvez vous abonner à 24FPS sur iTunes ou via RSS et retrouvez nous sur le site officiel de l'émission ou via nos comptes Facebook et Twitter.

Crédits musicaux : In The Beginning, There Was Nothing de Clint Mansell, issu de l'album Noah - Music From The Motion Picture (2014), et Let There Be Rock d'AC/DC, issu de l'album Let There Be Rock (1977)

Aucun commentaire: