26 août 2012

Critique ciné : Expendables 2

Après une grosse traversée du désert dans les années 90 et 2000, Sylvester Stallone, la star incontournable des films d'action des années 80, repasse derrière la caméra pour rendre hommage à ses deux personnages fétiches et écrivant/réalisant/interprétant "Rocky Balboa" et "John Rambo" (respectivement en 2006 et 2008) tout en  justesse et émotion.

L'homme va plus loin en 2010 en s'attaquant au genre qui l'a porté aux nues : le film d'action bien burné ! Non seulement il écrit et réalise un film musclé pas forcément très original mais qui remplit sa mission à merveille à coups de fusillades, de bastons, d'explosions et de répliques typiques de ce genre de cinéma des années 80/90, mais en plus il réunit autour de lui d'autres stars actuelles ou passées comme Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren ou Mickey Rourke (pour ne citer que les plus connus hors du territoire américain), sans oublier son plus grand concurrent Arnold Schwarzenegger (alors encore gouverneur de Californie) et Bruce Willis le temps d'une scène très courte mais immédiatement entrée dans la légende (le plaisir étant doublé pour les spectateurs français puisque tous les célèbres doubleurs de ces acteurs sont bien présents).

Les critiques sont mitigées mais les fans du genre prennent beaucoup de plaisir à voir s'affronter les différents acteurs dans des scènes qui relevaient du simple fantasme seulement une décennie plus tôt, et "The Expendables" (affublé de l'inutile sous-titre "Unité Spéciale" en France, ce qui reste tout de même mieux que si le titre avait été traduit littéralement pour donner un truc laid du genre "Les Sacrifiables") connaît un beau succès. Une suite est rapidement confirmée (avant même la sortie du premier film) et tandis que les internautes s'amusent à imaginer ce que pourrait être le casting du second film, Sylvester Stallone annonce en 2011 qu'il ne retournera pas derrière la caméra pour "The Expendables 2", laissant la place à Simon West qui est loin d'être un débutant en la matière puisqu'on lui doit déjà "Les Ailes De L'Enfer" qui réunissait déjà un casting impressionnant en 1997.

Hormis Mickey Rourke, la plupart des acteurs du premier film rempilent pour le second opus et Bruce Willis ainsi qu'Arnold Schwarzenegger (désormais libéré de ses obligations politiques et désireux de revenir dans les bonnes grâces d'Hollywood) se voient confier des rôles beaucoup plus importants tandis que Jean-Claude Van Damme (qui avait refusé de participer au premier film mais qui s'en était rapidement mordu les doigts) hérite du rôle du grand méchant.

Chuck Norris, l'homme qui a inspiré l'un des mèmes les plus persistants de l'histoire d'internet, figure également dans le casting "all-star" du second film. Mais celui-ci sera à l'origine d'une controverse puisqu'on apprendra début 2012 que "Expendables 2" pourrait bien être classifié "PG-13" (certains éléments pourraient ne pas convenir aux enfants de moins de 13 ans) au Etats-Unis, alors que le premier film était classifié "R" (interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés d'un adulte). Si ces différences de classifications n'ont souvent que peu d'incidence en France (où elles ne sont pas vraiment soumises à des contrôles), elles sont généralement très respectées aux Etats-Unis et ont des significations très précises : d'une part, un film "PG-13" attirera une audience plus large ce qui est susceptible d'être davantage rentable au box-office (cette classification a donc souvent les faveurs des studios), mais d'autre part, un film "PG-13" contiendra une violence et un langage bien plus édulcorés qu'un film classé "R" (ce qui a tendance à déplaire aux fans en attente d'un film sans concessions). L'éventualité de la classification "PG-13" de "The Expendables 2" (confirmée en janvier 2012 par Sylvester Stallone) serait donc due à Chuck Norris qui aurait demandé à ce que les dialogues du film soient moins vulgaires. Heureusement, on apprend peu avant la sortie du film aux Etats-Unis (le 17 aout 2012) que cette suite très attendue sera bien classifiée "R".

Pour terminer au sujet du casting, Steven Seagal n'apparaîtra à priori jamais dans les films de la série "The Expendables" (dont le troisième épisode est déjà confirmé) tant qu'ils seront produits par Avi Lerner (les deux hommes ayant visiblement connu des désaccords dans le passé). Charlie Sheen, Nicolas Cage, John Travolta et Antonio Banderas se seraient vus proposer des rôles pour "The Expendables 2", mais ils n'ont pas pu participer au tournage à cause de problèmes d'agenda.

(Très cliché ce poster, mais c'est justement tout le principe !)

L'histoire : Barney Ross (Sylvester Stallone) et son équipe, désormais agrémentée du jeune et très doué Billy The Kid (Liam Hemsworth, le petit frère de Chris "Thor" Hemsworth), continuent de voyager au 4 coins du monde pour des missions toujours plus périlleuses. Mais lors d'un retour aux Etats-Unis, Mr. Chapelle (Bruce Willis) réapparait et propose à Ross une mission que ce dernier ne peut refuser. Cette fois, l'équipe doit se rendre en Albanie pour une mission très simple en apparence...

Le ton est donné dès l'excellente scène d'ouverture ! Comme dans toute bonne suite qui se respecte, on va avoir droit à plus de fusillades, plus d'explosions, plus de sang, plus de mecs coupés en deux par des gros calibres, plus de "punchlines" à mourir de rire, plus de scènes où Ross et Christmas (Jason Statham) se tirent la bourre, plus de méchants sadiques, plus de menace nucléaire (Quoi ? Il n'y en avait pas dans le premier film ? Oui, donc c'est bien ce que je dis !), et moins de scénario ! De toute façon, le scénario on s'en fout, on n'est pas venus pour ça. Il assure le minimum syndical et permet de mettre en scène les diverses situations attendues dans ce type de film (un peu comme les décors d'ailleurs), et c'est tout ce qu'on lui demande ! D'ailleurs, le montage est plus nerveux que dans le premier "Expendables" et les scènes s'enchainent parfois très (trop ?) rapidement, ce qui n'empêche malheureusement pas un petit coup de mou en milieu de film. Un passage toutefois assez plaisant car même si on n'a pas beaucoup d'action à se mettre sous la dent à ce moment-là, au moins on se marre bien !

La vraisemblance et le côté très sérieux des thrillers à tendance ultra-technologique ? On s'en balance ! Les Expendables sont là pour mettre le paquet, et "à l'ancienne" comme le soulignent bien Barney Ross et Christmas au milieu du film ! Malgré tout, de très nombreux éléments du film (comme le sang) sont en images de synthèse et c'est souvent très visible. Dommage, mais dans l'ensemble ce n'est pas trop dérangeant...

(Tout autant cliché mais nettement plus classe avec son côté vintage : le poster US du film !)

Côté casting, l'ajout d'un petit jeune, c'est à dire Liam Hemsworth, dans l'équipe est plutôt bienvenu, d'autant plus que celui-ci est clairement mis en avant et qu'il apporte vraiment quelque-chose au groupe. Une seule chose m'a dérangé en ce qui le concerne (en VF) : il a la même voix qu'Anakin Skywalker dans les épisodes II et III de la saga "Star Wars". Heureusement, j'ai réussi à m'y faire assez vite...
L'actrice chinoise Yu Nan apporte également un ajout intéressant, car féminin, à la bande de mercenaires. Même si elle n'a pas le niveau physique de ses partenaires, elle reste assez crédible de par son absence de maquillage ainsi que la grande retenue de son jeu.

En ce qui concerne les nouveaux venus déjà très célèbres, on est très heureux de voir que Bruce Willis et surtout Arnold Schwarzenegger ont cette fois des rôles bien plus développés. Et ce sont d'ailleurs les acteurs pour lesquels on fait le plus référence à leur carrière passée, bien que cela soit parfois moins perceptible en VF qu'en VO...
N'étant pas particulièrement fan de Chuck Norris, je ne peux pas dire que j'ai été bouleversé par sa participation au film. Mais son personnage est assez drôle, même s'il est de loin le protagoniste le plus exagéré du métrage (comme dans la réalité ?).
Faire de Jean-Claude Van Damme un grand méchant très cruel et un brin philosophe est une bonne trouvaille, malgré le jeu particulier de l'acteur (qui ressemble ici beaucoup au personnage de Wesker dans les jeux-vidéo "Resident Evil"). Son combat final dans l'un des dernières scènes du film est très impressionnant, et il s'avère d'ailleurs qu'il l'a lui-même chorégraphié avec l'accord de Sylvester Stallone.

Si Dolph Lundgren s'impose désormais comme l'élément comique de la bande (via quelques lignes de dialogue absolument incroyables), on regrettera en revanche la nette mise en retrait de Jet Li, Terry Crews et Randy Couture pour lesquels on n'a pas intérêt à trop cligner des yeux sous peine de rater leurs rares scènes... Un dernier mot au sujet de la VF, si on retrouve avec plaisir les voix les plus connues de tous les acteurs (c'était d'ailleurs l'occasion pour moi de réaliser que Jean-Claude Van Damme ne se double pas systématiquement lui-même, et que Patrice Baudrier l'a déjà doublé dans une douzaine de films depuis les années 90), on pourra toutefois regretter le fait que certains jeux de mots tombent complètement à plat après avoir été adaptés en français...



Bref, il est inutile de s'étendre davantage sur ce produit de pur divertissement qui ne se prend pas au sérieux et qui ne tente pas d'être un grand film. On voulait du fun et de l'action, et c'est exactement ce que délivre "Expendables 2" sans nous décevoir et avec une bonne dose de "fan service". On peut même dire qu'on tient là le haut du panier en matière de fun et d'action pour l'année 2012, et le film réussit dans ce sens à être plus abouti que son prédécesseur ! Personnellement, j'avais un sourire jusqu'aux oreilles du début à la fin, et je ne demandais pas mieux !

Vivement le 3ème film (auquel ne participera pas Chuck Norris qui n'a visiblement pas le même sens de l'humour que ses collègues), et c'est reparti pour quelques mois de folles rumeurs concernant le casting de cette suite dont la chouette musique sera certainement une nouvelle fois composée par Brian Tyler...

Allez, on se quitte sur le poster le plus abusif et donc le plus classe de "Expendables 2" :

(Cliquez dessus pour agrandir l'image)

Aucun commentaire: