16 juillet 2011

Critique ciné : Transformers 3 - La Face Cachée De La Lune

En 2007, le réalisateur Michael Bay s'associait à Steven Spielberg pour donner naissance au premier film de destruction massive robotique inspiré d'un dessin-animé qui était lui-même inspiré d'une ligne de jouets : "Transformers" ! En un peu plus de 2H24, ce cocktail mélangeant grosses mécaniques extra-terrestres, adolescent dépassé mais attachant, militaires très très zélés et patriotiques, agents du gouvernement ridiculisés, explosions en tous genres et une bombe atomique à la chevelure brune et aux formes affriolantes pour un résultat impressionnant et très réussi !

En 2009, le même Michael Bay en remet une couche (voire même plusieurs couches) avec "Transformers 2 : La Revanche" et il met un point d'honneur à réunir exactement les mêmes éléments que ceux du premier film en démultipliant le nombre de robots et d'explosions. Mais le réalisateur veut trop en faire et on atteint rapidement l'indigestion de robots à cause d'un scénario qui ne sert que de prétexte à recréer des situations similaires à celles du premier opus avec exactement les mêmes personnages. Cette fois, j'ai eu beaucoup de mal à aller au bout des 2h24 (encore ?) et seul le côté technique du film me paraissait légèrement intéressant, à condition de le regarder en plusieurs fois !

Ce n'est donc pas avec un grand enthousiasme que j'ai accueilli la nouvelle d'un troisième film, toujours réalisé par un Michael Bay dopé à la surenchère, d'autant plus que la bombe atomique brune (donc Megan Fox) a été éjectée de la saga ! Je m'en fous moi qu'elle soit chiante sur les tournages et qu'elle ne serve absolument à rien dans le second film, j'ai quand-même envie de la voir !

Mais bref, l'ambiance des bande-annonces avait l'air plutôt sombre, la destruction avait l'air plus massive que jamais, la nouvelle blondinette avait l'air mignonne, alors j'ai craqué : j'ai voulu savoir si Michael Bay avait atteint le point de non-retour de l'overdose robotique ou si il avait mis un peu d'eau dans son vin afin de proposer un spectacle un poil inédit et usant moins de grosses ficelles...


L'histoire : des méchants robots veulent à tout prix se fritter avec des gentils robots tandis que des militaires sur-zélés et über-patriotiques tirent dans le tas pour rien, que des agents du gouvernement révèlent sans arrêt leur inutilité et que le jeune héros maladroit mais sympa passe son temps à courir comme un dératé pendant que sa bombasse de petite amie qui n'a rien à foutre là est en danger permanent !

Quoi ? C'était déjà la même chose dans les 2 films précédents ?

Ah non non mais là il y a aussi les parents du héros qui foutent la honte à ce dernier à chaque fois qu'on les voit ! Et quand les robots détruisent tout, c'est soit dans des régions inhabitées, soit en pleine zone urbaine ! Et puis quand on croit qu'un robot sympa est sur le point d'y passer, en fait c'est pas vraiment le cas et tout le monde s'en sort sans difficulté.

Quoi ? Ça aussi on l'a déjà vu ?

Ouais mais ici la copine botoxée jusqu'au bout des lèvres est blonde ! Et puis le scénario nous révèle qu'un événement majeur de l'histoire des années 60 cachait en fait un énorme secret dont on n'a jamais rien su (ça me fait penser, vous avez vu le très bon "X-Men - Le Commencement" ?) et il y a d'incroyables guest-stars comme Frances McDormand, Patrick "Mamour" Dempsey, John Malkovich et même le véritable Buzz Aldrin (qui fut le deuxième homme à marcher sur la Lune).

Il y a aussi de brèves apparitions des présidents Kennedy et Nixon mais il vaut mieux ne pas les regarder avec trop d'insistance (surtout le 1er) sinon les mouvements pas du tout naturels du visage (merci l'image de synthèse) risquent d'être plus flippants que les plus vicieux des Decepticons...

(Je serais curieux de jeter un œil sous le capot !)

Pas la peine de s'étendre sur les acteurs déjà présents dans les films précédents, ils font exactement la même chose qu'avant ! Et parmi les "nouveaux", je passe en ce qui concerne Patrick Dempsey que je ne connais quasiment pas (non, je n'ai jamais maté "Grey's Anatomy", et je n'en ai pas honte, mais alors vraiment pas !). Bon OK, tout ce que je peux dire, c'est qu'il est à peu près aussi peu convaincant que dans "Scream 3" (avouez, vous aviez zappé qu'il jouait là-dedans). Il n'est pas spécialement mauvais, hein ! C'est juste que ce serait quelqu'un d'autre à sa place, ce serait pareil...

Quant à Frances McDormand et John Malkovich qui sont pourtant de très grands comédiens, ils ne sont ici que des parodies d'eux-mêmes, à savoir une vieille revêche (mais sympa au fond) et un vieux dandy un peu précieux.

Non vraiment, la seule qui sorte un peu du lot, c'est la jeune Rosie Huntington-Whiteley qui remplace Megan Fox au pied levé et dont chaque apparition à l'écran ressemble à une publicité pour cosmétiques. Dommage pour elle que je préfère les brunes...



Bon, je ne vais pas m'étendre plus longtemps sur ce film : après la première demi-heure je me suis ennuyé à mourir en assistant à 2 heures ininterrompues de tôle froissée, de verre pilé, de blagues vaseuses et de lèvres botoxées ! Certes, le scénario est un peu meilleur que celui du deuxième film (avec des retournements de situation de ouf), mais ça n'en fait pas un bon scénario pour autant. Seuls quelques plans de la ville de Chicago complètement dévastée ont réussi à attirer mon attention dans la dernière partie du film...

Quoi ? J'entends dire qu'un quatrième film est en préparation ? Pitié, Mr. Bay, n'en jetez plus !

Ah et pour finir : mention spéciale au compositeur Steve Jablonsky dont les musiques qui accompagnent ce pitoyable "Transformers 3" sont allègrement pompées sur les partitions de Hans Zimmer pour "The Dark Knight" et "Inception"...

Aucun commentaire: