1 février 2015

Festival de Gérardmer 2015 - Jour 5

L'édition 2015 du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer touche à sa fin et l'accalmie des chutes de neige n'aura pas duré longtemps (même pas la totalité de la veille)...


Et la compétition touche donc également à sa fin avec la projection de Honeymoon du réalisateur américain Leigh Janiak où il est question d'une lune de miel (qua va forcément mal tourner) !


Bea (Rose Leslie, vue dans Game Of Thrones "You Know Nothing John Snow") et Paul (Harry Treadaway, vu dans Penny Dreadful) sont fraichement mariés et vont passer leur lune de miel dans un chalet isolé. Mais après des premiers jours de bonheur total, le comportement de la jeune femme va changer après que son mari la retrouve totalement nue dans la forêt et en pleine nuit...

Mouais... le film met bien trop longtemps à démarrer et même si les deux jeunes gens sont plutôt attachants, on finit par se moquer de ce qui pourrait leur arriver vu qu'on rechigne beaucoup trop longtemps à commencer à nous expliquer ce qui se passe. D'ailleurs la fin tombe complètement à plat et il ne reste de l'ensemble qu'une impression de patchwork de scènes ultra-déjà-vues auxquelles on a tenté tant bien que mal de trouver une vague justification. Dommage que le scénario soit si décevant, car les ingrédients étaient réunis pour un bon petit film...

Un petit tour par l'expo d'arts plastiques du festival est l'occasion de se changer les idées en cette dernière journée qui démarre bien mollement :



Et un nouveau tour au centre-ville de Gérardmer est l'occasion de constater que la neige ne faiblit pas et que les congères au bord des routes et des chemins sont de plus en plus imposantes. Sera-t-il un jour possible de repartir d'ici ?


En attendant de connaitre le palmarès, allons jeter un œil au dernier film de Kevin Smith (Clerks, Dogma, Jay & Bob Contre-Attaquent, Red State). Celui-ci s'appelle Tusk et nous permet de suivre les tribulations d'un podcasteur américain qui se rend au Canada pour interroger un passionné de morses (oui, les animaux) :



On y oscille entre quelques séquences qui tentent d'instaurer l'angoisse et une large majorité de séquences qui tiennent davantage de la grosse blague de potache (sans parler des multiples occasions de faire passer les canadiens pour des cons). On ne sait pas trop si on doit rire ou être consterné par la bêtise de ce film dont le scénario découle d'ailleurs d'un podcast que Kevin Smith animait en compagnie d'un de ses meilleurs amis. Était-ce vraiment la peine de transformer ce gros délire en film ? Pas sûr, même si l'acteur Michael Parks est toujours impressionnant, que c'est l'occasion de voir à quoi ressemble aujourd'hui Haley Joel Osment (vous savez, le petit garçon qui voit des gens qui sont morts dans Sixième Sens), et que c'est aussi l'occasion de constater que Johnny Depp (quasi-méconnaissable) ajoute un nouveau type de pitreries lamentables à son jeu puisqu'il joue un inspecteur de la sécurité du Québec en imitant l'inspecteur Clouseau (incluant l'accent français du personnage de la série des films La Panthère Rose) sous alcool ! N'importe-quoi ce film...

Bref, il est temps de prendre connaissance du palmarès du festival :

Prix du court-métrage : Habana (de loin le plus beau court-métrage présenté, mais il manquait à mon avis une véritable histoire à ce film qui n'était pas mon favori mais qui bénéficiait d'une mise en scène et d'effets de très grande qualité)

Prix de la meilleure musique originale (décerné par le jury jeunes) : These Final Hours (j'ai adoré ce film mais j'avoue ne pas avoir retenu sa musique)

Prix du jury jeunes de la région Lorraine : Goodnight Mommy (c'est l'un des films que j'ai le moins aimés cette année, entre son twist ultra-prévisible et son côté "torture porn" au ralenti et interminable, trop contemplatif, trop long, et des personnages trop impénétrables)

Prix du jury SyFy : Goodnight Mommy (même remarque que ci-dessus)

Prix de la critique : It Follows (là je suis heureux, car cette histoire d'adolescents complètement désemparés face à une menace implacable m'a vraiment pris aux tripes)

Prix du public : The Voices (sans grande surprise, et c'est amplement mérité, grâce à de nombreux fous rires et quelques moments qui font bien froid dans le dos)

Prix du jury : accordé ex-aequo à Ex Machina et The Voices (je suis très heureux que Ex Machina reparte avec un prix car malgré quelques petits défauts et longueurs, car c'est un bon film moderne sur l'intelligence artificielle)

Grand prix : It Follows (yessssss, trop content !!!!)

Hé bien cette 22ème édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer se conclut sur une note très positive pour moi. La sélection en compétition comportait finalement très peu de mauvais films (je n'y croyais plus après les deux années précédentes), le palmarès me satisfait dans l'ensemble, et le nouveau système de réservation des séances m'a évité les attentes interminables dans le froid de ces dernières années (malgré une météo particulièrement chargée en neige cette année).

Vivement l'édition 2016 du festival...

Aucun commentaire: