6 mars 2013

Critique ciné : Hansel & Gretel - Witch Hunters 3D

En voilà une bonne idée : transformer un conte écrit au XIXème siècle par les frères Grimm à propos d'un frère et d'une sœur particulièrement débrouillards en un gros film d'action à tendance supernaturelle et vaguement humoristique ! On a déjà eu droit à des projets similaires en 2003 avec "Van Helsing" ou en 2012 avec "Abraham Lincoln : Chasseur De Vampires", et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne s'agissait pas de merveilles du cinéma... Et à qui doit-on cette idée saugrenue ? Au réalisateur norvégien Tommy Wirkola qui s'était fait remarquer en 2009 avec son film mêlant zombies et nazis nommé "Dead Snow". Rien de bien encourageant jusque-là, mais heureusement le casting réuni pour les principaux rôles de "Hansel & Gretel : Witch Hunters" (car c'est bien son titre français) envoie du lourd ! Dans le rôle de Hansel, on retrouve la star montante du cinéma d'action (quoique c'est souvent assez laborieux pour lui jusqu'ici, mais c'est rarement la faute de l'acteur) Jeremy Renner, qu'on a pu voir dans des productions aussi variées (et rentables) que "Démineurs", "Mission Impossible – Protocole Fantôme", "Avengers" ou encore "Jason Bourne – L'Héritage". Est-ce que ce nouveau film en fera une véritable nouvelle icône de l'action ? Rien n'est moins sûr, mais on y reviendra...

Le rôle de l'héroïne du film, c'est-à-dire Gretel, a été confié à Gemma Aterton. Même si sa carrière n'est pas encore très longue et qu'elle n'a pas forcément marqué le grand public jusqu'ici, elle est déjà apparue dans de très grosses productions comme "Quantum Of Solace", "Le Choc Des Titans" ou "Prince Of Persia : Les Sables Du Temps". Des films dans lesquels elle jouait souvent la belle mais ne passait pas vraiment à l'action. Celle qui a déjà donné en termes d'action en revanche, c'est Famke Janssen qu'on a déjà pu voir dans "Goldeneye", la trilogie "X-Men" ou plus récemment les deux films de la série "Taken". Elle hérite ici du rôle de Muriel, la sorcière (et donc la méchante) principale de cette histoire, et le moins que l'on puisse dire c'est que le rôle aurait pu être confié à n'importe-qui puisqu'elle porte un maquillage outrancier qui lui ajoute un grand nez crochu dans la plupart de ses scènes. Donc entre le fait qu'elle soit quasiment méconnaissable et qu'elle en fait des tonnes dans la peau de cette sorcière vraiment impitoyable, autant dire qu'elle ne marquera pas vraiment les esprits ! Signalons pour finir la présence de Peter Stormare dans le rôle du shérif (en Allemagne ?) Berringer, un personnage plutôt méchant mais qui ne cesse de se faire ridiculiser par les deux héros. Et c'est effectivement un rôle bien ridicule qu'on a offert là à un très bon acteur à la carrière éclectique (et parsemée de daubes, il faut bien l'avouer) puisqu'on a déjà pu le voir dans "The Big Lebowski", "Armageddon", "Minority Report", "Bad Boys II", "Constantine" ou encore le tout récent "Le Dernier Rempart".


L'histoire : depuis que Hansel et Gretel ont échappé à une sorcière lorsqu'ils étaient enfants, ils sont devenus célèbres et demeurent très efficaces et redoutés dans le domaine de la chasse aux sorcières. Malgré cela, ils n'ont jamais su pourquoi leurs parents avaient décidé de les abandonner...

Mais revenons aux deux personnages principaux : on nous les présente tout d'abord quand ils sont enfants dans une introduction qui reprend les grandes lignes du célèbre conte, avant d'en venir au présent de l'histoire où nos deux héros sont devenus des chasseurs de sorcières connus et respectés. Dès leur première scène, ils est impossible de ne pas remarquer à quel point ils se la jouent hyper poseurs et pas humbles pour un sou ! Pour Hansel, ça passe à peu près (vu le ton du film), mais on ne peut malheureusement pas en dire autant de Gretel qui reste difficilement crédible en nénette super bad-ass. D'ailleurs, la belle Gemma Aterton est loin d'être à l'aise (et donc crédible) dans les scènes d'action, et ça se voit un peu trop (surtout aux côtés de Jeremy Renner qui a nettement plus l'habitude de ce genre de rôles). Pour rattraper ça, la réalisation en rajoute des tonnes (comme si les acteurs n'en faisaient pas déjà assez) dans les scènes de bastons grâce à moult ralentis et effets sonores qui amplifient la puissance des coups de manière bien trop exagérée. Heureusement, pour éviter que ces personnages ne soient perçus comme trop arrogants, une bonne dose d'humour vient régulièrement agrémenter les dialogues. Ou disons plutôt une petite dose d'humour, voire même des tentatives d'humour, car le tout est finalement assez vaseux et téléphoné. Dommage car c'est ce qui aurait pu rendre ce genre de production assez sympathique. Mais non, l'humour n'est finalement pas si présent que ça et souvent raté, et avec la réalisation et les personnages (tous autant qu'ils sont, pas seulement les héros) qui en font des tonnes, ça commence à faire beaucoup de défauts ! Mention spéciale pour les sorcières qui sont toutes plus ridicules les unes que les autres, aussi bien en ce qui concerne leur style gothique de supérette que pour leur jeu poussif et (volontairement) ridicule.

(Elle est bien Famke Janssen sans maquillage, non ? Pourquoi lui en avoir rajouté des tonnes dans la plupart de ses scènes alors ???)

La majorité des décors naturels a le bon goût d'être réel, mais seulement quand il fait jour ! Car de nuit (et c'est le cas de la majeure partie de la scène finale), les effets spéciaux sont beaucoup trop visibles et pas franchement soignés. Le sang qui gicle, c'est parfois très rigolo ! Mais quand il est numérique et un peu trop systématique, ça perd tout son intérêt... Il est d'ailleurs étrange que des costumes aussi soignés dans l'ensemble (sauf pour les sorcières) aient été mélangés avec un type d'image aux couleurs si criardes qui font tant ressortir les effets spéciaux, créant ainsi un ensemble du plus mauvais goût ! Mais la palme de la nullité dans "Hansel & Gretel : Witch Hunters" revient au scénario qui se tient à peu près pendant la première moitié du métrage mais qui devient complètement erratique et bourré d'ellipses dans la seconde. Pourquoi, juste au moment où le gros de l'action commence à arriver, plomber le tout avec deux pseudo-romances aussi inutiles que mal amenées ? Et pourquoi, après nous avoir fait perdre notre temps avec ça pendant quelques longues minutes, revenir à l'histoire principale sans la moindre transition de lieu ou de temps ? Ne parlons même pas du fait que les deux personnages principaux sont capables d'assurer comme des bêtes dans une scène, puis de se faire copieusement maitriser dans la suivante, sans que rien ne puisse expliquer un tel changement dans leur aptitude au combat...


(Et en plus ça spoile dans la bande-annonce ! Bravo la campagne de promo !)

Non vraiment, il n'y a rien à sauver dans ce divertissement abrutissant qu'est "Hansel & Gretel : Witch Hunters" ! Le fun promis est loin d'être au rendez-vous, le scénario se contente du strict minimum (voire moins que le minimum), et les personnages sont tous si caricaturaux (et peu profonds) qu'ils ne peuvent pas provoquer le moindre attachement. On pourra éventuellement se consoler avec une jolie rousse en second rôle visuellement très différent et bien trop sobre par rapport à tous les autres personnages, ou encore Gemma Aterton qui déambule en pantalon de cuir, mais on ne pourra que bailler d'ennui devant les pauvres rebondissements qui parsèment ce film qui se contente d'aligner les scènes d'action d'une laideur visuelle assez impressionnante ! Les amateurs de soi-disant "gore" grand public en images de synthèse y trouveront peut-être leur compte, et encore... Et la 3D ? On fait effectivement l'effort de balancer régulièrement des objets à la figure du spectateur mais cela tient plus du parc d'attraction grossier que d'une utilisation intelligente du relief.

Quant à la toute dernière scène (tournée bien après tout le reste car le film avait été retardé de 10 mois pour ne pas interférer avec "Avengers" et "Jason Bourne : L'Héritage" dans lesquels Jeremy Renner apparaît également), elle est encore plus mauvaise que tout le reste ! Et même si elle semble annoncer une suite directe, on peut espérer qu'un film d'une telle nullité ne fera pas un assez bon score au box-office pour la justifier.

Aucun commentaire: