5 décembre 2012

Critique ciné : Silent Hill - Révélation 3D

En 2006, le réalisateur français Christophe Gans ("Crying Freeman", "Le Pacte Des Loups") mettait en scène ce que je n'hésite pas à considérer comme la meilleure adaptation d'un jeu vidéo sur grand écran : "Silent Hill" ! Les personnages et l'histoire étaient légèrement différents de ceux du matériau original, mais le respect de l'ambiance, des décors et de la musique était tel que les fans des jeux-vidéo n'ont pu que saluer le travail effectué.

Et comme "Silent Hill" a connu un beau petit succès (malgré des critiques essentiellement négatives), Christophe Gans confirmait en décembre 2006 qu'une suite était sur les rails. Mais il quitte le projet peu de temps après et la production du second film est au point mort. Ce n'est qu'en décembre 2010 qu'on apprend que le projet a été repris par le réalisateur Michael J. Bassett ("Solomon Kane") qui en signe également le scénario. D'après le producteur Don Carmody, cette suite nommée "Silent Hill - Révélation" ne doit pas seulement s'adresser aux fans de la saga vidéoludique (comme le faisait le premier film, au risque de perdre les autres spectateurs en route), mais plutôt à une audience la plus large possible (ce qui est logique du point de vue du producteur). Le réalisateur promet toutefois de faire appel à un maximum de gens de l'équipe technique ayant travaillé sur le premier film afin d'en reproduire l'ambiance et le côté visuel.

Pour rassurer les fans, c'est Akira Yamaoka qui signe la musique de "Silent Hill - Révélation", sachant que celui-ci avait également signé la musique de "Silent Hill" ainsi que de 7 jeux de la saga sortis entre 1999 et 2009.

(Se sont pas foulés pour l'affiche, c'est quasiment la même que celle du premier film...)

L'histoire : la jeune Heather est sujette à des cauchemars qui l'invitent à se rendre dans la mystérieuse ville de Silent Hill. Malgré la grande inquiétude de son père et les personnages inquiétants qui semblent suivre sa trace, elle sent que quelque-chose ne tourne pas rond dans sa vie et qu'elle va sûrement devoir aller chercher des réponses à Silent Hill...

Soyons francs : même avec la meilleure volonté du monde, on ne pouvait pas s'attendre à ce que cette suite puisse égaler le niveau de qualité du premier film. Mais en faire une telle bouse, c'était tout de même difficile à imaginer ! Déjà, dès les premières minutes du film, on sent que quelque-chose ne colle pas. Ce que l'on nous montre n'est pas du tout raccord avec la fin du film de 2006. Et c'est seulement après que l'on se soit posé la question de ce qui a bien pu passer par la tête du scénariste pendant un bon quart d'heure que l'on finit par nous expliquer le pourquoi du comment par le biais d'un flashback qui crache à la figure des fans en flinguant toute la dramaturgie de la fin du premier film par le biais d'un épilogue complètement hors-sujet et franchement niais ! Au lieu d'essayer de former une histoire complète étalée sur deux film, le scénariste aurait mieux fait de repartir sur de nouveaux personnages (comme dans certains des jeux-vidéo) car au final cela n'aurait pas changé grand-chose à l'ensemble du scénario du métrage !

Car ce n'est pas la seule faiblesse de l'histoire qui nous est racontée dans "Silent Hill - Révélation"... En fait, la narration est tellement catastrophique dans ce film qu'on est obligés d'assister, environ toutes les 15 minutes, à des dialogues interminables qui expliquent toute la situation à Heather qui ne comprend décidément rien, et au spectateur qui n'a aucune chance d'y comprendre quoi que ce soit tellement le tout est mal ficelé et surtout mal raconté ! Il y a certes des retournements de situations, mais ils ne provoqueront qu'un peu plus d'incompréhension chez les spectateurs lambda, tandis que les fans des jeux n'en finiront pas d'être en colère devant tant de trahisons et d'incohérences. Bref, faire le point sur la situation tous les quarts-d'heure par le biais d'un personnage secondaire n'est pas la meilleure manière de raconter une histoire !

(Même des bœufs dans un abattoir auraient plus de charisme !)

Et entre ces scènes explicatives, il se passe quoi ? Ben pas grand chose, si ce n'est quelques passages censés produire de la tension et où on essaie de faire sursauter le spectateur à tout bout de champ (sans succès). On se contente en fait de regarder où va l'héroïne pour voir s'il va finir par lui arriver quelque-chose de grave, d'une part parce-qu'on ne la sent jamais vraiment en danger, et d'autre part parce-que ces scènes n'ont souvent pas le moindre lien les unes envers les autres. Donc la structure narrative du film est la suivante : scène explicative par le biais d'un personnage tiers --> scène d'action qui se passe ailleurs et où on est censé sursauter --> scène explicative par le biais d'un autre personnage tiers --> scène d'action qui se passe ailleurs et où on est censé sursauter --> scène explicative par le biais d'un autre personnage tiers --> scène d'action qui se passe ailleurs et où on est censé sursauter --> etc...

Heureusement que le film est bourré d'éléments qui renvoient aux jeux-vidéo : personnages, noms, costumes, lieux, situations... Mouais, sauf qu'en fait tout ça ne relève bien souvent que de la référence gratuite et sans le moindre sens puisque le scénario qu'on nous sert ne fait que vaguement (mais alors très vaguement) s'inspirer de l'histoire du jeu "Silent Hill 3" tout en bâclant complètement les personnages et les rebondissements et en réussissant à rendre le tout complètement inintéressant et dénué d'émotion. Il fallait oser ! On s'ennuie devant les dialogues qui rendent l'ensemble de plus en plus incompréhensible et incohérent (en rajoutant une surcouche totalement dispensable sur le scénario du premier film), et on s'ennuie devant les scènes de tension qui utilisent des artifices hyper-éculés pour tenter de nous faire stresser ou sursauter.

(Oh la vache Trinity, t'as super mal vieilli depuis "Matrix"...)

Les décors du premier film n'étaient peut-être pas extraordinaires, mais ils avaient au moins le bon goût de nous plonger dans différents lieux de Silent Hill afin de bien nous faire ressentir l'ambiance particulière qui y règne. OK, le budget n'est que de 20 millions de dollars pour cette suite (alors qu'il atteignait 50 millions pour le premier film), mais les décors sont d'une telle pauvreté et manquent tellement d'ambition qu'on oublie vite qu'on est à Silent Hill puisque la majorité de l'action se déroule dans des intérieurs insipides et sans âmes (et juste un peu crado, histoire d'être plus ou moins raccord). On atteint le What The Fuck suprême à la fin du film lorsque les intriguent se dénouent subitement, tout du moins en apparence puisqu'on n'y comprend rien et qu'on ne prend pas le temps de nous expliquer quoi que ce soit (ce qui serait impossible puisque ça n'a aucun sens), pour laisser la place à de grosses scènes d'action complètement hors de propos et dans lesquelles les fans de jeux-vidéo reconnaitront davantage de "SoulCalibur" que de "Silent Hill" !!!

Pour finir cette critique en beauté, et pour souligner à quel point rien ne rattrape ce film, n'oublions pas de signaler les performances minables de TOUS LES ACTEURS de "Silent Hill - Révélation" ! Qu'il s'agisse de l'héroïne Heather (Adelaide Clemens, que l'on avait déjà pu apercevoir dans l'ignoble "X-Men Origins : Wolverine"), du sympathique mais un peu idiot et inutile Vincent (Kit Harrington, connu pour son rôle de Jon Snow dans la série "Game Of Thrones"), de la méchante Claudia (Carrie-Anne Moss, très célèbre pour avoir interprété Trinity dans la trilogie "Matrix"), la courte scène de Leonard Malcolm McDowell (inoubliable Alex dans "Orange Mécanique"), le détective Douglas complètement inutile et ridicule avec son chapeau qui ne lui va pas (Martin Donovan), ainsi que les trois acteurs du premier film qui rempilent pour des rôles plus ou moins importants : tout le monde est affreusement mauvais et ne semble absolument pas croire une seule seconde à sa prestation. En même temps, vu que c'est la même personne qui est à l'origine du scénario et de la mise ne scène (très plate et sans la moindre originalité), on ne peut pas espérer grand chose du côté de la direction des acteurs...



C'est malheureux à dire, mais les fans de "Silent Hill" savent désormais ce que ressentent les fans de "Resident Evil" et de ses déclinaisons au cinéma ! C'est-à-dire qu'il ne suffit pas de saupoudrer les films de nombreux clins-d'œil aux jeux pour en faire de bonnes adaptations ! Quoique là on dépasse allègrement le stade de la très mauvaise adaptation afin de plonger directement dans ce qui se fait de pire au cinéma : scénario insipide et incompréhensible, scènes qui s'enchainent sans le moindre raccord, acteurs archi-mauvais, décors et effets spéciaux minables, dénouement risible, bref c'est le jackpot complet !

Même rien que pour y voir les références plus ou moins visibles aux jeux "Silent Hill 2", "Silent Hill 3", "Silent Hill 4 : The Room", "Silent Hill : Origins" et "Silent Hill : Downpour", il est difficile de conseiller ce "Silent Hill - Révélation" aux fans des jeux qui risquent ni plus ni moins qu'une syncope en voyant le massacre de la licence qui y a été perpétré. À éviter absolument !

Quoi, j'ai oublié de parler de la 3D ? Heu... vous voulez vraiment savoir ce que ça apporte au film ? Non parce-que c'est déjà souvent inutile quand il s'agit d'un bon film, alors là je vous laisse imaginer...

PS : les musiques du film sont nazes et il semble que la seule contribution de Akira Yamaoka consiste en un morceau inédit pour le générique de fin. Rien pour relever le niveau niveau quoi...

Aucun commentaire: