9 septembre 2012

Critique ciné : The Secret

Après avoir été lancé par Christophe Gans ("Crying Freeman", "Le Pacte Des Loups", "Silent Hill") pour des débuts timides avec "Saint Ange" en 2004, le réalisateur/scénariste Pascal Laugier avait secoué le monde du cinéma français avec "Martyrs" en 2008, tout d'abord classé X (donc interdit aux moins de 18 ans et surtout très mal distribué en salles) en raison de sa violence extrême, avant d'être ramené à une interdiction aux moins de 16 ans avec avertissement suite à de nombreuses expressions de soutien (pétitions, manifestation devant le ministère de la culture).

Mais il s'était fait relativement discret depuis 2008, et c'est finalement avec assez peu de surprise qu'on a récemment appris qu'il était parti du côté du continent américain (au Canada pour être précis, où "Martyrs" avait également été tourné) pour réaliser son nouveau film, à l'image de son collègue réalisateur Alexandre Aja qui avait réalisé "La Colline A Des Yeux", "Mirrors" et "Piranha 3D" pour les Etats-Unis après s'être fait remarquer avec "Haute Tension" en France.

Le casting du nouveau film de Pascal Laugier est donc essentiellement canadien : Jodelle Ferland (la petite fille au centre de toutes les attentions dans "Silent Hill" en 2006), Stephen McHattie (déjà aperçu dans "300", "Shoot 'Em Up", "Watchmen" , "2012", "Les Immortels", mais surtout dans le rôle d'un animateur radio dans le très bon "Pontypool" sorti en 2008 et à voir exclusivement en VOST), William B. Davis (essentiellement acteur de séries TV mais mondialement connu pour le rôle de l'homme à la cigarette dans "X Files"), sans oublier l'américaine Jessica Biel ("Massacre A La Tronçonneuse", "Blade : Trinity", "Next", "L'Agence Tous Risques", "Total Recall - Mémoires Programmées") qui hérite ici du rôle principal.

Si le titre original du nouveau film de Pascal Laugier est "The Tall Man", il est distribué en France sous l'appellation "The Secret", ce qui me donne une nouvelle fois l'occasion de m'étonner (pour ne pas dire de m'exaspérer) du manque de cohérence des titres français de certains films américains. En effet, je veux bien croire que les mots "The Tall Man" (qui signifient littéralement "Le Grand Homme", en parlant de sa taille) ne soient pas forcément évidents pour tout le monde et qu'un titre plus parlant soit bienvenu. Mais dans ce cas, je ne crois absolument pas que "The Secret" soit vraiment approprié ! Il est certes plus facile à comprendre pour le français moyen, mais il trahit complètement le concept du film ! Et le pire, c'est que dans le film en version française, on fait sans cesse référence au tall man (en anglais dans le texte) sans jamais traduire l'expression ou expliquer ce qu'elle signifie. Pourquoi alors avoir laissé ces mots anglais dans la VF du film mais avoir changé les mêmes mots pour le titre ? Franchement aucune cohérence là-dedans, je ne pigerai jamais...

("On n'a pas été aussi bluffé depuis "Sixième Sens" !" Mais putain vous voulez pas mettre la fin du film sur l'affiche pendant que vous y êtes ? Heureusement que les 2 films n'ont rien en commun...)

L'histoire : à Cold Rock dans l'état de Washington, la pauvreté et la misère sociale sont partout depuis la fermeture de la mine 6 ans auparavant. Mais ce qui ronge le plus les habitants de la région, ce sont les nombreuses disparitions d'enfants perpétrées par un mystérieux "tall man". Et une mère est prête à tout pour découvrir ce qu'il est advenu de son fils récemment enlevé...

L'une des choses les plus marquantes dès les premiers instants du film, c'est le fait que Jessica Biel n'est pas là pour faire la belle. Quasiment dénuée de maquillage (ou plutôt maquillée de manière à ce qu'on pense qu'elle ne l'est pas), l'actrice étonne par son jeu à la fois fort et intimiste qui s'avère parfait pour ce film qui ne cesse de surprendre le spectateur. Car c'est là tout l'intérêt de "The Secret" : un film qui n'est absolument pas ce qu'il a l'air d'être ! Une chose est sûre, ceux qui veulent du "slasher" à la thématique vue et revue vont être très déçus par "The Secret" qui est clairement vendu comme un film d'horreur mais qui n'en est assurément pas un ! Pareil pour les amateurs de gore ou de scènes sanglantes, ils n'auront pas leur quota d'hémoglobine : le réalisateur Pascal Laugier ayant d'ailleurs repoussé les limites dans ce domaine avec "Martyrs", il aurait été dommage qu'il se cantone à une répétition de ce style visuel.

Non, "The Secret" est clairement une création originale (et donc très intéressante) ! Un de ces films dont on ne peut pas parler sans risquer de trop en dire et de bousiller la surprise à ceux qui ne l'ont pas encore vu. Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'on est ici plus proche du thriller que du film d'horreur. Et ceux qui auraient vu et apprécié "Martyrs" (pour son fond, et pas seulement sa forme) retrouveront avec plaisir dans "The Secret" cette sensation de perte totale des repères, cette remise en question régulière de l'histoire et de son sens profond, et la prise à parti du spectateur qui se retrouve directement questionné sur le sens moral de ce dont il est témoin. Bref, une histoire déroutante, complexe et bien menée qui finira par satisfaire ceux qui accepteront de s'y perdre sans la juger trop hâtivement en cours de route (même si c'est parfois tentant)...

(Même le poster original du film semble bien plus approprié que celui proposé en France !)

Si Pascal Laugier a écrit un scénario très travaillé pour "The Secret", il n'a pas non-plus chômé en ce qui concerne la réalisation ! Les plans ambitieux sont légion, et même s'ils ne sauteront pas forcément aux yeux des spectateurs les moins attentifs, certains ont dû être un cauchemar à mettre en place. Citons par exemple les plans aériens, toujours magnifiques, profonds et en mouvement, et qui réussissent à sublimer une région qui brille pourtant par sa tristesse, ses tons gris et son manque de relief. Un tour de force qui peut sembler anodin mais qui mérite d'être souligné ! Pascal Laugier cite d'ailleurs l'une de ses influences directes avec ses plans aériens sur une voiture en train de rouler sur une route entourée de forêt qui rappelle forcément la scène d'ouverture du légendaire "Shining" de Stanley Kubrick.

Mais la caméra n'a pas besoin de s'élever dans les airs pour générer des plans sublimes et certaines scènes sont calculées au millimètre près (même si on ne s'en rend pas forcément compte sur le moment) pour obtenir l'effet désiré, comme par exemple lorsque Julia Dunning, le personnage joué par Jessica Biel, est allongée sur la route en pleine nuit. On assiste aussi à divers plan-séquences très impressionnants, qui ne se ressemblent et ne se répètent pas, et qui encore une fois risquent d'échapper aux moins attentifs tant ils sont bien intégrés aux situations montrées. Bref Pascal Laugier s'est vraiment compliqué la tâche, pour le plus grand plaisir des amateurs de belles images, mais sans trop en faire et en prenant bien soin à ne jamais prendre le pas sur l'histoire qu'il est en train de raconter ! On regrettera éventuellement quelques images de synthèse un poil trop visibles dans quelques rares plans, mais c'est vraiment pour être pointilleux...



Avec "The Secret", Pascal Laugier s'affirme comme un véritable cinéaste capable d'imaginer et de raconter une histoire originale et complexe tout en faisant également preuve d'inventivité visuelle, ce qui est très inhabituel pour ce genre de film ! La mise en scène à la fois simple et osée, ainsi que le jeu plein de retenue et de mystère de certains protagonistes arrivent à conférer un côté surnaturel à une histoire prenante et bouleversante mais qui n'en finit plus de perdre le spectateur (pour son plus grand plaisir). On déplorera éventuellement une ou deux petites longueurs, ainsi que du léger manque de tension qui risque parfois d'en découler, mais l'ensemble reste tellement soigné qu'il est difficile d'en tenir rigueur.

Surprenant, déroutant et éventuellement sujet à polémique, "The Secret" ne peut pas laisser indifférent et constitue un véritable vent de fraîcheur et d'originalité au milieu d'un cinéma (américain) qui ne s'est jamais autant reposé sur ses lauriers, allant jusqu'à se copier lui-même, et qui semble ne plus savoir comment proposer quelque-chose de véritablement neuf. Pascal Laugier démontre avec brio qu'il est pourtant possible de surprendre sans faire dans l'esbroufe ou la surenchère, et tout en piochant allègrement dans beaucoup de (bonnes) choses déjà vues et parfois très connues !

En transcendant ainsi un genre archi-codifié pour mieux s'en extraire, la démarche de "The Secret" rappelle un peu celle de "La Cabane Dans Les Bois" (pour un résultat très différent) et constitue ainsi la seconde excellente surprise de cette année 2012 pour les amateurs de films de genre en mal de productions originales ! Il faut donc soutenir ce type d'initiative en allant au cinéma et en achetant les DVD/Blu-Ray car c'est la seule manière de récompenser et d'encourager ces gens qui osent !

Bref, vivement le prochain film de Pascal Laugier !

Aucun commentaire: