16 avril 2012

Critique ciné : Battleship

Après une trilogie "Transformers" qui frôlait l'indigestion visuelle (voire l'illisibilité totale comme avec "Transformers 3"), Hasbro ne lâche pas le morceau et continue d'adapter ses jouets sur grand écran. Alors qu'un 4ème épisode de la saga "Transformers" est en préparation, et que le second film tiré de la licence "G.I. Joe" verra le jour début août, c'est donc aujourd'hui "Battleship", la version cinématographique du jeu de bataille navale connu chez nous sous le nom de "Touché - Coulé", qui vient envahir nos écrans !

Comment peut-on faire un film tiré de la bataille navale ? La question est légitime... Mais à Hollywood on a une solution toute prête : en y ajoutant une menace extra-terrestre bien sûr ! Il ne manquait plus qu'une grosse tête d'affiche, rapidement trouvée en la personne de Liam Neeson ("Darkman", "La Liste De Schindler", "Michael Collins", la prélogie "Star Wars", "Batman Begins", "L'Agence Tous Risques", etc...) dont la relative absence de la campagne de promotion du film ne laisse pas présager beaucoup de temps à l'écran. On y ajoute un acteur montant du moment comme Taylor Kitsch (inutile Gambit dans "X-Men Origins - Wolverine" mais principal protagoniste du sympathique "John Carter"), ainsi que la chanteuse Rihanna qui fait ici ses premiers pas en tant qu'actrice, et le tour est joué !

Mais vu qu'ici ce n'est pas Michael Bay qui est aux commandes, on est en droit d'espérer un film lisible puisque c'est Peter Berg ("Very Bad Things", "Le Royaume", "Hancock") qui occupe le poste de réalisateur...


L'histoire : tandis que la Terre tente de communiquer avec une planète similaire récemment découverte, Alex Hopper mène une vie dissolue et multiplie les ennuis en tous genres. Mais son grand frère aimerait qu'il rejoigne la Marine afin qu'il mette un peu d'ordre dans sa vie, alors qu'une menace d'origine extra-terrestre pourrait bien venir perturber les grandes manœuvres qui doivent avoir lieu en présence de plusieurs nations...

En fait, à part avec l'apparence des véhicules extra-terrestres et quelques (rares) scènes de destruction urbaine, on n'évolue pas tout à fait dans le même style que "Transformers" puisqu'on ne nous présente pas vraiment les méchants en puissance (leur origine, leurs motivations exactes, etc...). On évolue plutôt sur le même terrain que "World Invasion : Battle Los Angeles" avec de vilains extra-terrestres qui débarquent sans prévenir sans qu'on sache vraiment pourquoi et qui vont devoir se frotter à des forces armées américaines sur-motivées bien qu'un peu dépassées par les événements. Mais contrairement à la daube pré-citée, le film démarre sur les chapeaux de roues bien avant que les aliens passent à l'attaque. La mise en scène est variée, inventive et dynamique dès la phase de présentation des principaux protagonistes humains et on n'a pas le temps de s'ennuyer en attendant l'arrivée des ennemis venus d'ailleurs. Un bon point, même si les personnages sont assez caricaturaux et que certaines situations sentent le déjà-vu (avec des idées piquées notamment à "Armageddon" en ce qui concerne le papa autoritaire qui n'a pas l'intention de laisser sa fille fréquenter le sous-fifre indiscipliné).

Mais les choses sérieuses commencent évidemment avec l'arrivée en force des envahisseurs et les scènes de destruction s'enchaînent à un rythme fou avec des images toujours assez osées et surtout toujours lisibles. Que ça fait plaisir à voir ! Mais si le lien avec le jeu "Touché - Coulé" ne s'est pas vraiment fait sentir jusque-là, il faut attendre jusqu'à la séquence nocturne suivante (qui ralentit considérablement le rythme du film) pour enfin percevoir le lien entre le célèbre jeu de plateau et son adaptation ciné dans une situation des plus improbable qui a au moins le mérite de prouver que les gens à l'origine de ce film se sont quand-même un peu soucié du matériau original. Je remercie d'ailleurs l'ami fidèle qui m'accompagnait lors de séance pour m'avoir fait remarquer que les engins explosifs que les extra-terrestres balancent sur les bateaux tout au long du film (ce ne sont pas ceux qu'on voit dans les bande-annonces) sont en fait des reproductions des pions que l'on dispose sur le plateau du jeu d'origine.

(En tout cas, le film tient ses promesses en termes d'obus tirés et de moments de tension ! Comment ça je me suis trompé d'image ?)

Par contre, à mesure que l'intrigue progresse, on réalise que les incohérences en termes de hiérarchie militaire, de réalités mécaniques et de moyens techniques humains sont légion ! Les bateaux qui atteignent leur vitesse de croisière 2 secondes après un départ arrêté et les soldats qui occupent un nombre incalculable de postes au sein d'un même bâtiment devraient rendre fous tous ceux qui ont un minimum de connaissances en matières de forces armées (et ce ne sont là que 2 exemples car les aberrations sont nombreuses mais certaines relèvent du spoiler pur et dur). Et c'est seulement au bout d'un moment qu'on finit par se rendre compte que le film ne se prend pas du tout au sérieux (et que tout ça est pleinement assumé) ! Donc il vaut mieux ne pas trop réfléchir et se contenter d'éclater de rire à toutes les idées totalement saugrenues qui ponctuent la seconde moitié du métrage.

Visuellement, c'est plutôt une réussite même si on distingue assez facilement les séquences en images de synthèse des prises de vue réelles (notamment en ce qui concerne les bateaux). Mais au moins les scènes les plus explosives restent assez lisibles et c'est toujours plus agréable comme ça ! Difficile en revanche de trouver que les acteurs ont un jeu hors du commun tant leurs personnages sont stéréotypés, voire des clichés de ce genre de film. Taylor Kitsch nous ressert le héros sympathiquement bordélique qu'on a récemment vu dans "John Carter" tandis que Rihanna (dont c'est le premier rôle sur grand écran) se prend tellement (trop ?) au sérieux qu'elle tire quasiment la même tronche dans toutes ses scènes. Sans être vraiment mauvaise, on ne retiendra en tout cas pas grand-chose de la prestation de cette dernière. Quant à Liam Neeson, comme on pouvait s'en douter son rôle est finalement assez mineur même si interprété avec une grande justesse (et il a encore changé de doubleur VF puisqu'il a maintenant la célèbre voix de Schwarzy qui n'a plus grand-chose à se mettre sous la dent depuis quelques années).



"Battleship" est finalement un gros film pop-corn qui a le mérite de ne pas du tout se prendre au sérieux et qui devrait faire le bonheur des spectateurs avertis et pas trop regardants sur le protocole militaire. Il s'agit d'un mélange de science-fiction old-school et d'action sur-vitaminée à la "Transformers" (comment font les copines des héros pour être aussi canon et pour se retrouver systématiquement mêlées à l'action ?) mais avec une bonne dose d'auto-dérision qui aide à faire passer la pilule, surtout en comparaison avec "World Invasion : Battle Los Angeles" ou "Tranformers 3" qui finissaient par être gonflants à force de se prendre autant au sérieux ! Dommage toutefois qu'une grosse baisse de rythme en milieu de métrage nous fasse un peu trop sentir que le film dure 2H10. Mais si "Battleship" ne fera certainement pas date dans l'histoire de la SF, on en retiendra tout de même quelques gros éclats de rire et de bonnes scènes de destruction maritime plutôt inédites, et c'est déjà pas mal ! Et à la limite, une suite du même acabit ne serait pas de refus...

1 commentaire:

Misterclap a dit…

Eh bien ! Je n'attendais pas autant d'enthousiasme
de ta part concernant ce film. Je ne l'ai pas vu en
fait, je suis un peu las de tous ces films sf-action
qui ne laissent de la place qu'aux clichés de pacotille.
Mais vue que la trame du film a l'air de se reposer sur de
l'auto-dérision ( ce qui n'est pas du tout perceptible dans la B.A)
il vaut peut être quand même le coup d'oeil.

Ps : Merci pour le lien ;)