13 décembre 2011

Retour sur : le cinéma de Georges Méliès

La sortie toute proche du film "Hugo Cabret" de Martin Scorsese est une bonne occasion de se rappeler que le cinéma fantastique qui nous est si cher trouve certainement son origine dans les réalisations du français Georges Méliès (l'inventeur des effets spéciaux au cinéma).


Né à Paris en 1861, l'homme apprit notamment durant ses jeunes années la mécanique au sein de l'entreprise de son père ainsi que l'art de la prestidigitation alors qu'il était vendeur de corsets à Londres. Il revient à Paris en 1885 afin de présenter des spectacles de magie et devient même directeur du Théâtre Parisien de la Magie. Mais il réalise le potentiel du cinématographe après avoir assisté à une projection organisée par les frères Lumière en 1895.

Il tente d'ailleurs d'acheter leur invention aux frères Lumière mais ceux-ci le dissuadent en affirmant que cette technologie n'est qu'un simple curiosité scientifique et qu'elle n'a aucun avenir commercial. Il rachète tout de même deux technologies similaires : l'isolatographe (d'origine française) et le theatographe (d'origine anglaise) avant de fonder sa propre société de production nommée Star Film. Il projette alors des scènes de la vie quotidienne dans son théâtre avant de réaliser que le public pourrait plutôt être intéressé par des œuvres de fictions.


Il fonde le premier studio de cinéma français en 1897 dans sa propriété de Montreuil. Il s'inspire alors de techniques utilisées dans le théâtre et les spectacles de magie pour tourner près de 600 court-métrages jusqu'en 1914. Ses acteurs sont bien souvent des personnes recrutées dans la rue ainsi que des artistes de cabaret et il apparaît lui-même dans certains de ses films. Ses réalisations relèvent souvent du domaine fantastique ou féérique mais il tourne aussi des reconstitutions historiques comme "L'Affaire Dreyfus" en 1899 ou "Le Couronnement du roi Edouard VII" en 1902. Il créé également un atelier de coloriage manuel de ses films.

Son "long-métrage" le plus célèbre est évidemment "Le Voyage Dans La Lune" de 1902 qui s'inspirait des bouquins "De La Terre A La Lune" (Jules Verne - 1865) et "Les Premiers Hommes Dans La Lune" (H.G. Wells - 1902). Ce film est en effet un véritable condensé d'innovations visuelles et il connaîtra même un certain succès aux Etats-Unis.


Mais Georges Méliès cesse de réaliser des films en 1913 alors qu'il rencontre de grosses difficultés financières suite au décès de sa femme. Son théâtre (qui ne lui servait quasiment plus qu'à diffuser ses films) est fermé par les autorités en 1914, dès le début de la 1ère Guerre Mondiale, tandis que la société Pathé se charge de la distribution des productions Star Film depuis 1911.

A partir de 1915, Méliès utilise l'un de ses studios de cinéma pour refaire du théâtre mais il est obligé de revendre sa propriété de Montreuil à la société Pathé en 1923. Quasiment tous ses films sont alors revendus à des forains ou détruits par le feu par Méliès lui-même (lors d'un accès de colère). On les utilise aussi notamment pour récupérer l'argent qu'ils contiennent ou pour fabriquer des talonnettes de chaussures en celluloïd destinées aux soldats.

En 1925, il retrouve l'une de ses principales actrices, Jeanne d'Alcy, et se remarie avec elle. Il ravaille alors dans la boutique de jouets et de confiseries qu'elle possède au sein de la gare Montparnasse à Paris jusqu'en 1929 où le directeur du Ciné-Journal retrouve sa trace et le fait sortir de l'oubli.


Georges Méliès est décoré de la Légion d'Honneur en 1931 et termine sa vie au sein de la maison de retraite de la Mutuelle du Cinéma à Orly. Il y mourra en 1938 à l'âge de 71 ans et repose maintenant au cimetière du Père-Lachaise à Paris.
Durant sa vie, il aura occupé les postes de producteur, réalisateur, scénariste, décorateur, machiniste et acteur de cinéma !

Tous les films de Georges Méliès sont tombés dans le domaine public depuis le 1er janvier 2009 et sont donc désormais totalement libres de droits.

Donc pour finir, voici son chef-d'œuvre "Le Voyage Dans La Lune" de 1902 dans une version accompagnée d'une musique composée spécialement pour le film début 2011 :



Et si le scénario vous a quelque peu échappé, il existe aussi (entre-autres) une version accompagnée de la voix d'une narratrice (comme cela se pratiquait parfois lors des projections au début du XXème siècle) que vous pouvez visionner ici. La durée du film diffère de quelques minutes (entre 8 et 13 minutes selon les versions) à cause de la vitesse à laquelle celui-ci est projeté.

D'ailleurs, une nouvelle version du "Voyage Dans La Lune" ressort sur les écrans français le 14 décembre 2011, précédée du documentaire "Le Voyage Extraordinaire" réalisé par Serge Bromberg et Eric Lange. Ce documentaire retrace la création du film le plus célèbre de Georges Méliès qui est ensuite diffusé en version colorisée et accompagnée d'une musique spécialement composée et jouée par le groupe de musique électronique français Air :


Allez le voir s'il est projeté près de chez vous !

Aucun commentaire: