17 octobre 2011

Critique ciné : The Artist

Le trio gagnant du film "OSS 117 - Le Caire Nid D'Espion" (2006) est de retour ! Je parle bien sûr des acteurs Jean Dujardin (qui a déjà remporté le prix d'interprétation masculine pour "The Artist" au festival de Cannes 2011) et Bérénice Bejo, ainsi que du réalisateur Michel Hazanavicius. "The Artist" est un film muet en noir et blanc dont l'action se déroule à Hollywood en 1927. Mais au delà de l'exercice de style, est-ce qu'un film de ce type peut encore fonctionner aujourd'hui ?


L'histoire : George Valentin est une grande star du cinéma muet, dont la célébrité n'a d'égal que son égo. Mais sa rencontre avec une jeune starlette nommée Peppy Miller ainsi que l'avènement du cinéma parlant pourraient bien changer sa vie...

Bon, je ne vais pas tourner autour du pot : le film fonctionne plutôt bien dans l'ensemble. La narration n'est évidemment pas du tout comparable à celle d'un film parlant, mais on comprend toujours très bien de quoi il est question, notamment grâce au jeu des acteurs mais aussi à la musique quasi-omniprésente (sauf en quelques moments stratégiques).

Le rôle principal va comme un gant à Jean Dujardin, même s'il surjoue par moments (quoique cela est certainement dû aux codes du cinéma muet), tandis que Bérénice Bejo illumine l'écran de son sourire à chacune de ses apparitions. Quelques seconds rôles d'importance sont également interprétés par de grands acteurs comme James Cromwell ("Spider-Man 3") en majordome touchant ou John Goodman ("Blues Brothers 2000", "The Big Lebowski", "Speed Racer") en patron de studio, sans oublier le chien très bien dressé qui accompagne Jean Dujardin dans la plupart de ses scènes. On regrettera tout de même que l'apparition de Malcolm McDowell (le fameux Alex de "Orange Mécanique" en 1971) soit si brève et insignifiante.

Les costumes, les maquillages, les décors, la lumière, la musique, etc... tout est extrêmement soigné et "The Artist" pourrait aisément passer pour un véritable film d'époque (même le format de l'image est respecté). Le réalisateur s'est véritablement donné les moyens d'aller jusqu'au bout de son exercice de style et c'est une grande réussite.



"The Artist" est un OVNI de par son style très désuet mais qui fonctionne à merveille en grande partie grâce à ses acteurs principaux. Il est toutefois dommage que le scénario soit si convenu (même si très en phase avec les réalisations de l'époque) et surtout qu'une grosse baisse de régime dans le dernier quart du film fasse un peu décrocher les spectateurs avant le final. Quelques surprises agréables sont tout de même au rendez-vous de ce film qui ne conviendra en revanche pas à tout le monde.

Aucun commentaire: