26 mai 2011

Critique ciné : Pirates Des Caraïbes - La Fontaine De Jouvence

Autant être franc, "Pirates Des Caraïbes" n'est pas une saga cinématographique qui m'a particulièrement bouleversé jusqu'ici. J'ai dû voir le 1er film en DVD aux alentours de 2004, j'en ai gardé le souvenir d'un divertissement sympathique, mais pas au point de m'intéresser aux deux autres films sortis en 2006 et 2007, des films que je n'ai toujours pas vus d'ailleurs. C'est donc avec un intérêt tout relatif que je me suis rendu dans une salle obscure afin d'être le témoin des dernières aventures du désormais incontournable Capitaine Jack Sparrow...

(que du beau linge !)

Cette fois, le pirate le plus célèbre du cinéma moderne se retrouve mêlé à une course ayant pour but la découverte (et l'utilisation) de la non-moins célèbre Fontaine de Jouvence qui peut prolonger la vie de quiconque sait comment l'utiliser. A ses côtés, on retrouve quelques figures déjà connues comme son commandant en second, Maître Gibbs, et l'infatigable Capitaine Barbossa dont les véritables intentions sont parfois difficiles à discerner puisqu'il sert avant tout ses intérêts personnels.

Etant donné que William Turner (Orlando Bloom) et Elizabeth Swann (Keira Knightley) ne font plus partie de l'aventure, de nouveaux personnages secondaires font leur apparition. La belle Penelope Cruz embarque donc à bord de ce 4ème "Pirates Des Caraïbes" dans le rôle de l'intrigante Angelica, tandis que Ian McShane endosse le rôle du maléfique Barbe Noire. D'autres nouveaux protagonistes (un missionnaire, des sirènes, des espagnols et divers moussaillons) viennent également enrichir l'alchimie mais leur intérêt est tellement anecdotique que je ne ressens nul besoin de m'attarder sur eux, les seuls personnages importants (et intéressants) étant ceux qui se trouvent sur l'affiche ci-dessus...

(indice : un personnage sur cette affiche est celui que j'ai préféré dans le film)

Penelope Cruz représente sans aucun doute l'élément le plus rafraîchissant de ce nouveau film. Non-seulement elle est craquante, mais en plus son costume de pirate lui va à ravir ! En revanche son personnage, Angelica, a du mal à faire oublier son statut de pièce rapportée tant ses relations avec les autres pirates semblent cousues de fil blanc, ce qui empêche qu'on s'attache réellement à ce personnage. Dommage car elle est bien interprétée et elle mériterait certainement d'acquérir un peu plus de profondeur...

(ça doit être pratique pour s'allumer une clope en pleine mer)

Barbe Noire se révèle par contre beaucoup plus intéressant ! Sombre, imposant et autoritaire dès son entrée en scène, il n'a pas de mal à se démarquer de tous les autres protagonistes car il semble être le seul dans toute cette histoire à savoir ce qu'il fait et où il va ! Le seul problème, c'est que son statut de grand méchant n'a visiblement pas été exploité à fond et que si parfois il n'hésite pas à opter pour des méthodes expéditives, il y a quelques situations où il surprend par ses largesses et son manque de fermeté. Ça n'aide pas trop le spectateur à faire le tri dans les motivations des différents acteurs de l'histoire et c'est d'autant plus dommage car il aurait suffi de pas grand-chose pour que Barbe Noire entre au panthéon des grands antagonistes de chez Disney.

Sinon, tous les ingrédients classiques de ce type de film sont au rendez-vous : des décors somptueux (aussi bien en extérieur qu'en intérieur), des costumes très soignés, de la castagne, des explosions, des trésors exotiques et mystérieux, une histoire d'amour, des rebondissements, quelques pointes d'humour ici et là...



Mais finalement "Pirates Des Caraïbes - La Fontaine De Jouvence" est peut-être le film le plus faible de la saga ! Cela est principalement dû à quelques longueurs qui alourdissent inutilement le film, notamment par le biais de sous-intrigues inutiles et inintéressantes. Jack Sparrow (oui parce-qu'il serait temps qu'on parle de lui) ne paraît pas être au meilleur de sa forme. Johnny Depp en fait des tonnes et la grande majorité de ses tentatives d'humour se révèlent la plupart du temps foireuses et lourdingues. Il a beau être un anti-héros, on a un peu trop souvent l'impression qu'il n'est qu'un spectateur de tout ce qui se passe autour de lui et cela risque de décevoir même ses plus grands fans...

La richesse visuelle du film est inversement proportionnelle à sa cohérence scénaristique et il vaut mieux ne pas trop réfléchir aux grosses ficelles qu'on voit venir de loin, aux raccourcis simplistes et aux intrigues futiles qui ne débouchent sur rien. Dommage...

(vous servez à quoi vous deux, à part ralentir inutilement le film ?)

Je vais peut-être tout de même m'intéresser aux 2 films que j'ai loupés, il paraît que Jack Sparrow y était plus intéressant !

Au fait, les spectateurs les plus patients (les vrais cinéphiles comprendront) auront une idée de ce qui attend Jack Sparrow dans le futur...

1 commentaire:

Le Gondin Rutif a dit…

le 2 est sympa.
le 3 à peine supportable....

tiens, matte toi "l'aube rouge"

@+