31 octobre 2010

La saga Superman au cinéma (part. 1) : des débuts exceptionnels mais difficiles !

Pour ce premier article de la série "Retour sur", j'ai décidé de m'attaquer aux films Superman et il y a tellement de choses à raconter que cette rétrospective sera divisée en plusieurs parties pour éviter de faire péter le record de longueur de mes articles.

Le premier et génialissime film Superman a bercé une bonne partie de mon enfance et le second était également plutôt correct mais ensuite ça a été une grande traversée du désert jusqu'au sympathique (mais un poil décevant) "Superman Returns" de 2006. Revenons un peu sur la saga cinématographique de cette icône de la culture US qui a connu des hauts (très hauts) et des bas (très bas)...

Signalons tout d'abord que Superman a fait sa première apparition BD en juin 1938 et qu'il fut rapidement décliné en série radiophonique au début des années 40 puis en un dessin animé d'une qualité exceptionnelle en 1941 (cité par Bruce Timm comme sa plus grande influence lorsqu'il a créé la célèbre série animée "Batman" des années 90), puis sous la forme d'un "serial" (série en 15 épisodes projetée au cinéma) en 1948 (avec Kirk Alyn dans le rôle principal) et enfin en série télévisée à partir de 1951 avec le très costaud George Reeves (qui n'a aucun lien de parenté avec Christopher Reeve) dans le rôle titre. Ces séries radio et TV ("live" ou animées) ont connu de nombreuses versions et interprètes au fil des décennies (et ça continue encore), ce qui signifie que le personnage de Superman a toujours été très présent dans tous les médias (surtout aux Etats-Unis) depuis sa création, sans oublier les jeux vidéo à partir de 1978, mais étrangement jamais au cinéma avant la fin des années 70 (si on excepte quelques épisodes spéciaux de longue durée qui étaient dérivés des séries TV).

Une anecdote amusante : tel qu'il avait été créé par Joe Schuster et Jerry Siegel en 1938 dans le comic book, Superman ne savait pas voler ! Il était simplement capable d'effectuer de grands bonds qui lui permettaient de franchir rapidement de grandes distances. C'est seulement trois ans plus tard, lors de la création du premier dessin animé, que les scénaristes ont pensé qu'il aurait l'air un peu idiot si on le voyait simplement sauter de building en gratte-ciel (ce qui fonctionne très bien en BD et éventuellement à la radio n'est pas forcément valable dès que les images se mettent à bouger) et ils ont alors demandé aux créateurs du personnage l'autorisation de le faire voler...

Mais revenons au films :

"Superman" (1978) :

Il aura donc fallu attendre que trois investisseurs européens (dont un français) se décident à financer un tel projet en 1973 pour que le premier film commence à prendre forme (ou plus exactement les deux premiers films car il fut rapidement décidé que deux films seraient tournés en même temps). Pour aider à convaincre les différents partenaires, deux grands acteurs furent signés pour interpréter Jor-El (le père de Superman, joué par l'immense Marlon Brando qui refusa pourtant d'apprendre son texte et préféra le lire directement sur les couches de bébé Kal-El, entre-autres endroits, alors qu'il le plaçait dans un vaisseau pour qu'il échappe à la destruction de la planète Krypton) et Lex Luthor (le plus grand ennemi de Superman, joué par l'excellent Gene Hackman qu'on n'avait jamais connu aussi drôle et malicieux).

Les acteurs envisagés pour interpréter le super-héro à l'écran étaient à l'origine aussi variés que surprenants : Al Pacino, Steve McQueen, Clint Eastwood, Dustin Hoffman (à qui on proposa par la suite le rôle de Lex Luthor) ou Mohamed Ali. Christopher Walken, Nick Nolte (ces deux là ont effectivement participé au casting) et Charles Bronson furent également approchés, par contre Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone manifestèrent leur intérêt pour le rôle mais ils ne furent jamais contactés. On offrit énormément d'argent à Robert Redford qui refusa, pensant qu'il était trop connu. Burt Reynolds refusa également, et on proposa à Paul Newman de choisir entre les rôles de Superman, Lex Luthor ou Jor-El pour un cachet de quatre millions de dollars mais celui-ci déclina les trois propositions.

Pour la réalisation, Steven Spielberg était le premier choix (suite au succès des "Dents De La Mer") mais il fut rapidement abandonné à cause de son récent engagement sur "Rencontres Du Troisième Type", idem pour George Lucas qui était trop occupé à continuer la saga "Star Wars" après le succès du premier film et on pensa alors confier le film à Guy Hamilton qui avait réalisé quatre bon films de la franchise James Bond (deux avec Sean Connery puis les deux premiers avec Roger Moore). Ce nom fut également abandonné pour diverses raisons géographico/judiciaires et on confia finalement le projet à Richard Donner qui sortait d'un gros succès en 1976 avec "La Malédiction" (et qui réalisa plus tard "Les Goonies", les quatre films de la saga "L'Arme Fatale" ainsi que "Maverick" et "Assassins").

Richard Donner fit complètement réécrire le script qui avait été préparé jusque-là car celui-ci avait un ton complètement ridicule (un peu comme la série TV Batman des années 60) et il le transforma en une histoire aux enjeux plus sérieux mais avec des personnages et des situations parfois très drôles. Après de très nombreux castings, les rôles principaux furent attribués à Margot Kidder (absolument craquante en Lois Lane) et Christopher Reeve (illustre inconnu, comme le voulait Richard Donner, qui fut longuement rejeté à cause de sa maigreur avant de passer sa première audition mais qui finit tout de même par avoir le rôle à condition de se muscler un peu car aucun des autres prétendants ne lui arrivait à la cheville) et le tournage ainsi que la campagne de promotion purent commencer.

(Vous croirez qu'un homme peut voler.)

Le réalisateur savait que l'un de ses plus gros challenges serait de rendre crédible la capacité de voler de Superman et cela fut possible grâce à différentes techniques d'effets spéciaux (dont certaines qui furent inventées pour ce film, aussi bien en extérieur avec des grues qu'en studio) ainsi que grâce à Christopher Reeve qui adopta instinctivement des postures crédibles lors des phases de décollage, de vol et d'atterrissage. Le tournage dura dix-neuf mois entre début 1977 et fin 1978 de New-York (la ville idéale pour représenter Metropolis) au Canada (pour les scènes de la jeunesse de Clark Kent à Smallville) en passant par les studios Pinewood en Angleterre.

Mais de graves tensions apparurent entre le réalisateur Richard Donner et les producteurs du film à cause des nombreux dépassements de budget et de planning (le tournage ne devait à l'origine durer que sept ou huit mois) et il finirent par ne plus communiquer du tout. Le réalisateur Richard Lester (qui avait déjà travaillé avec ces producteurs) fut alors nommé comme médiateur mais cela n'arrangea rien car Donner réalisa vite que les producteurs avaient envoyé Lester pour le remplacer s'il commençait à montrer des signes de faiblesse.
Après avoir reporté de six mois la sortie en salles, les producteurs ordonnèrent finalement à Richard Donner de terminer le premier film et de stopper les prises de vue pour le second (alors que celui-ci était déjà tourné à 75%). Leur but était de respecter la date de sortie du mois de décembre 1978 (pour ne pas rater la période des fêtes) et aussi de voir si le premier film serait un succès car dans le cas contraire le second film n'aurait jamais été terminé.



Et ce premier film "Superman" fut un énorme succès ! Les personnages sont tous réussis, le scénario enchaîne plusieurs ambiances très différentes (entre la planète Krypton, Smallville et Metropolis) et les enjeux sont à la fois personnels et globaux. Les effets spéciaux (largement salués à l'époque) sont très convaincants et servent idéalement le récit. Pour finir, n'oublions pas la partition musicale grandiose de John Williams qui illustre ce grand film dès le générique de début.

Une grande partie du succès du film doit également être attribuée à la performance extraordinaire de Christopher Reeve qui nous livre un Clark Kent volontairement maladroit et hilarant en alternance avec un Superman sûr de lui et physiquement très impressionnant. La différence de posture et de comportement entre les deux personnages est bien marquée et on ne peut que saluer la performance de l'acteur :


L'autre prestation qui a beaucoup surpris a été celle de Gene Hackman qui semble s'amuser comme un petit fou en Lex Luthor. Pourtant, malgré cette interprétation très réussie qui apporte son lot d'humour au film, les fans du comic book ont été assez déçus de voir que Lex Luthor n'était ici pas tout à fait chauve (pas tout le temps, en tout cas) et qu'il s'entourait d'un acolyte idiot et d'une bimbo pour mettre en œuvre ses plans démoniaques. Mais malgré cette petite trahison par rapport au personnage sombre et sérieux de la BD, le film fonctionne à merveille et on passe un excellent moment.

"Superman : Edition Spéciale" (2001) :

Le film sorti en salles en 1978 durait 144 minutes (2H24), mais dans les années qui suivirent 45 minutes supplémentaires furent distribuées aux chaines de télévisions du monde entier afin qu'elles puissent monter leur propre version du film avec des images inédites (où les effets spéciaux étaient toutefois moins réussis que dans le reste du film). Ces différentes versions ont essentiellement été diffusées à la TV en dehors des Etats-Unis et certaines ont également été distribuées en VHS pendant une vingtaine d'années mais pour mettre fin à la frustration des fans, il fut décidé au début des années 2000 de restaurer le film en y ajoutant certaines des scènes manquantes et en "nettoyant" certains effets spéciaux trop visibles. Le réalisateur Richard Donner travailla un peu plus d'un an sur ce projet qui aurait du déboucher sur une ressortie en salles (qui n'a finalement pas eu lieu) et sur une sortie en vidéo (VHS et DVD) en 2001 pour une nouvelle durée de 152 minutes (2h32).



J'ai quelques remarques au sujet de cette nouvelle version : la plupart des nouvelles scènes sont intéressantes mais aucune ne modifie réellement la trame du film. Seule la longue scène du piège souterrain de Lex Luthor (tir par balles puis lance-flammes puis gel sur Superman) apporte vraiment quelque-chose de nouveau (visuellement parlant). En France (et peut-être aussi dans d'autres pays), le doublage a été entièrement refait en 2001 avec des doubleurs différents de la version de 1978 (c'était d'ailleurs l'acteur Pierre Arditi qui doublait Christopher Reeve dans le premier film original). Ce nouveau doublage me plaît moins (sûrement parce-que j'ai grandi en écoutant l'autre) mais il a au moins le mérite d'être un peu plus proche des dialogues originaux. Par contre, cela créé un problème de continuité (des voix) avec les films suivants car seul le premier métrage a été redoublé, mais j'y reviendrai dans le prochain article sur le second film de la saga qui a, lui aussi, connu une gestation très mouvementée...

Aujourd'hui, seul le film version 2001 est disponible à la vente en DVD à l'unité. Pour (re)voir le film original de 1978, il faut se procurer le coffret contenant 13 DVD retraçant toute la saga cinématographique de l'homme d'acier (qui m'a été très utile pour la rédaction de cette série d'articles).

Pour terminer, j'aimerais parler du projet internet non-commercial Superman 1978 qui a pour but de retrouver toutes les scènes inédites disséminées dans les différentes versions internationales afin de proposer le film dans sa version la plus complète possible (même si la version "Edition Spéciale" de 2001 est en théorie celle que le réalisateur Richard Donner considère comme étant la plus proche de sa vision d'origine) et qui est également la source d'archives la plus complète disponible sur ce film (avec des documents vidéo non-présents sur les DVD).

En tout cas, pour moi, ce film est un chef-d'œuvre malgré sa fin légèrement expéditive, mais la raison de ceci sera expliquée dans le futur article sur le second film...

(un lien vers le second article de la série sera affiché ici dès sa publication)

3 commentaires:

Dr Banner a dit…

Excellent article! Très précis et très bien documenté. Les "SUPERMAN" de Richard Donner restent une formidable référence en matière d'adaptation de comics...
A quand la partie 2?

Draven a dit…

Merci beaucoup pour ton commentaire !
Tu fais bien de me rappeler à l'ordre pour l'article consacré au second film, ça fait un moment que j'y pense et que je ne m'y mets pas.

Je récupère mon coffret 13 DVD (prêté à un pote entre-temps) et je m'y mets pour de bon en espérant pouvoir le publier ce mois-ci...

Nayaree a dit…

Vraiment intéressant !
J'ai hâte de lire la suite sur, notamment, les 2 versions de SUPERMAN II et SUPERMAN RETURNS...