18 octobre 2010

Les jeux vidéo sont devenus trop faciles ?

Je me souviens qu'avec l'avènement des jeux en 3D (pas en relief, hein !) sur la première PlayStation (on va dire que la 32X de Sega ne compte pas), j'ai clairement ressenti que la difficulté avait baissé d'un cran, voire de deux crans...

Dans ma grande naïveté, j'ai d'abord cru que c'était moi qui était devenu super balèze ou plus modestement simplement à l'aise avec la troisième dimension. Mais j'ai vite constaté que mes proches ressentaient la même chose. Bon, il y avait aussi quelques jeux 3D qui étaient atrocement difficiles mais c'était souvent parce-qu'ils étaient très mal foutus (ça arrivait beaucoup au début) !

Il suffit de relancer un vieux jeu 8-bits ou 16-bits pour constater immédiatement la différence avec les jeux actuels (je me permets d'ailleurs de vous conseiller le site NESplay qui vous permet de jouer aux jeux NES directement dans votre navigateur). Mais est-ce vraiment la difficulté qui a changé ?

Les anciens jeux étaient souvent basés sur le "die & retry", comprenez par là "mourir & recommencer", et cela était incontournable pour espérer terminer un jeu. C'était forcément très frustrant mais vu que la grande majorité des jeux utilisaient ce procédé, on ne se posait pas trop de questions. Et vu que le gameplay était très limité (courir, sauter, tirer ou frapper), la difficulté était souvent amenée par les sauts millimétrés et la profusion d'ennemis à l'écran.

Aujourd'hui la difficulté est plus diluée dans les différents aspects du gameplay, les objectifs fixés ou les différentes techniques à maîtriser sur le paddle. Mais en principe, cela ne se base plus sur la rigidité du gameplay et le "die and retry" est moins courant car les studios de développement ont bien trop peur de se mettre les joueurs à dos...

Mais je me pose une question : si les vieux jeux n'avaient pas été aussi durs, du coup on n'aurait pas passé autant de temps dessus. Et est-ce qu'ils seraient devenus aussi mythiques dans ce cas ? Pas sûr...

En tout cas, s'ils avaient disposé d'un mode "ultra facile", ça aurait peut-être ressemblé à ça :

2 commentaires:

Marv a dit…

Ah ça, c'est certain que la difficulté des jeux a diminué en règle générale!
Je pense qu'avec les successives explosions du marché, il a fallu faire des jeux plus... accessibles au grand public, dirais-je...

Quelque part, ça a son intérêt. Il y a quand même une sacrée quantité de jeux que je n'ai jamais finis à l'époque, du fait que c'était juste trop hardcore ^^; (surtout sur CPC... bref)
Ceci dit, tant qu'à faire, je m'attèle directement au niveau de difficulté le plus difficile possible quand je commence un jeu, histoire d'être sûr d'avoir du challenge.

Certains jeux ne me déçoivent pas à ce niveau, comme Bayonetta par exemple, bien dur comme il faut...
Et surtout ce satané Demon's Souls, il n'y a pas plusieurs niveaux de difficulté, y'en a qu'un et il est HARDCORE genre violent :D

Certains jeux gardent le flambeau du challenge, il faut se rassurer!

Mais je pense qu'à contrario d'avant, où on jouait surtout pour le "challenge", maintenant les jeux sont faits pour le "plaisir" ; et à force de recommencer 1802153 le même passage à cause d'une difficulté trop mal gérée, il faut avouer que la notion de plaisir finit par s'estomper...

Et surtout, surtout, une grosse différence par rapport à nombre jeux d'il y a 15-20 ans : les sauvegardes... Ce qui est maintenant généralisé ne l'était pas, à l'époque, et ça, ça change énormément la donne... Imagine Sonic avec une sauvegarde? ^^

Draven a dit…

Oui, bonne analyse ! En effet, je pense que la notion de plaisir est devenue plus importante que le challenge pour la plupart des jeux actuels. Et c'est vrai que le "die & retry" peut fatiguer beaucoup de monde...

Je salue ton courage de t'attaquer systématiquement au niveau de difficulté le plus élevé. J'avais pris une résolution similaire il y a quelques années mais j'ai vite arrêté. Je préfère commencer en difficulté "normale" puis éventuellement recommencer le jeu en plus difficile si ça m'a vraiment plu (comme tout le monde je suppose).

Mais je ne doute pas que certains jeux actuels proposent des défis plutôt corsés et bizarrement le nom "Demon's Souls" revient souvent dans ce type de discussion.

En fait, je ne me plains pas vraiment de la baisse générale de la difficulté dans les jeux. Je suis même heureux qu'elle soit plus diluée dans différents aspects plus variés que la simple profusion d'ennemis et sauts millimétrés. Mais il est vrai aussi que certains jeux beaucoup trop faciles m'ont déçu dans le sens où je les avais fini d'une traite (ou deux) et que je n'avais pas franchement envie de recommencer parce-que le challenge y était inexistant.

D'ailleurs je garde un œil sur ce que les testeurs de jeux déclarent au sujet de la difficulté et par exemple je sais que quand j'achèterai "Batman - Arkham Asylum" il ne faudra pas que j'hésite à pousser un peu le niveau du challenge pour pouvoir faire durer le plaisir dès le départ.

C'est vrai que les sauvegardes ont changé beaucoup de choses également, mais même en pouvant mémoriser ma partie j'en chie encore drôlement pour finir le premier Sonic (et j'ai du y arriver seulement une ou deux fois sans sauvegarde)...