15 juin 2010

Dieu existe ! J'ai marché dedans... II

Suite (et fin ?) de l'affaire festival Hellfest vs. les Cathos :

Ce lundi 14 juin 2010, le tribunal de grande instance de Nantes a rejeté les demandes la CNAFC, jugeant que celles-ci pouvaient entraver la liberté d'expression.

Pour rappel, la CNAFC (Confédération Nationale - Associations Familiales Catholiques) avait il y a quelques jours assigné en justice les organisateurs du Hellfest afin d'obtenir les titres (et visiblement également les textes) de tous les morceaux qui seront joués lors du festival (qui débute dans quelques jours) sous le prétexte que ces morceaux sont susceptibles d'inciter à la haine raciale, relever de l'injure raciale, constituer des provocations au suicide, ou diffuser un message violent accessible à un mineur. Le tout en faisant un lien direct (et non-argumenté) avec les dérives sectaires telles que le satanisme (selon leur premier communiqué officiel). A part ce fantastique ramassis de clichés (sur lequel je me suis déjà largement exprimé dans mon précédent article), les demandes du CNAFC démontraient clairement une méconnaissance totale de l'organisation d'un évènement culturel tel qu'un festval musical de grande ampleur.

La CNAFC réclamait également que l'accès au festival soit interdit aux enfants mineurs non-accompagnés d'un adulte. Les organisateurs du festival ont répondu qu'ils veillaient déjà à cela depuis plusieurs années. La CNAFC se réjouit que cela ait été aujourd'hui constaté par un juge (si ça c'est pas une qualification d'office pour le championnat du monde de langue de bois) et s'estime satisfaite car le tribunal se montre ainsi aussi soucieux que la CNAFC des populations fragiles, à commencer par les mineurs (selon leur second communiqué de presse).

Comment peut-on s'estimer satisfait que ses propres demandes aient été rejetées afin de protéger la liberté d'expression ? Je n'ai pas fini de me poser la question...

Quoi qu'il en soit, les intégristes cathos n'ont pas l'intention d'engager de nouvelle procédure contre le festival (pour l'instant) mais ont promis de rester "vigilants"...

Sinon quoi ? Je devrais brûler mes disques d'AC/DC (ce qui doit certainement signifier "Anti-Christ / Death of Christ" pour de tels illuminés) ?
Au fait, AC/DC joue au Stade de France ce vendredi 18 juin 2010 (tandis que je serai dans la région de Zürich pour voir Metallica, Megadeth, Slayer, Anthrax, Motörhead, etc...). Je les avais vu dans cette même enceinte en 2001 et je peux vous dire que quelques dizaines de milliers de fans arborant des cornes rouges clignotantes qui chantent en cœur des titres comme "Hell's Bells" (les cloches de l'enfer), "Hell Ain't A Bad Place To Be" (l'enfer c'est pas si mal) ou "Highway To Hell" (l'autoroute pour l'enfer), ça ressemble diablement à une dérive sectaire ! Ahahahahahahaha, ces cathos, qu'est-ce qu'ils me font rire ! Et pourtant ils m'énervent...

Sources : ici et .

Allez on se quitte avec justement l'un de mes morceaux favoris d'AC/DC, enregistré en 2001 lors de cette même tournée. Ça au moins, ça met tout le monde d'accord, à condition d'avoir un minimum d'ouverture d'esprit :

1 commentaire:

Saki a dit…

Et vlan !