30 avril 2010

Critique ciné : Kick Ass

Ce qui est cool depuis que les adaptations de comics se sont démocratisées au cinéma, c'est qu'en plus des licences et des personnages les plus célèbres, on a également droit à des titres plus obscurs ou beaucoup moins connus du grand public (en tout cas en Europe).

Car il serait grand temps pour les français de réaliser que certains comics (et donc leurs adaptations sur grand écran) sont destinés aux adultes et non-pas uniquement aux enfants, mais quand je vois le temps que ça a pris pour la japanimation je me dis que la route risque d'être encore longue...

Et c'est peut-être d'autant plus difficile lorsqu'il s'agit d'un film qui met en scène deux adolescents et une enfant comme dans Kick Ass !


Pourtant, dès les premières minutes du film, le doute n'est plus permis : ça va être violent ! Voire même incroyablement sanglant et politiquement incorrect (c'est pas tous les jours qu'on voit un père de famille entraîner sa fille de 11 ans à encaisser un coup de feu... j'ai bien dit encaisser et pas esquiver !).

L'histoire est simple et peut même paraître classique au premier abord : Dave Lizewski est un adolescent sans histoires qui fantasme sur la poitrine de sa prof d'anglais et dont le seul "super-pouvoir" est d'être invisible aux yeux des filles de son école. C'est aussi un grand fan de comics et il lui arrive de se demander pourquoi personne ne franchit le pas pour essayer de devenir un super-héros dans la vie réelle. Il décide donc de tenter l'expérience par lui-même à l'aide d'un costume de plongée, deux bâtons et un peu d'entraînement dans sa chambre. Mais la réalité des rues de New-York et des gangsters qui règlent leurs problèmes à coups d'armes à feu risque d'être dure à encaisser pour ce nouveau héros sans le moindre super-pouvoir...



S'il est vrai que la bande-annonce ci-dessus ne semble pas corroborer mes propos sur la violence du film, n'hésitez pas à visionner cet autre trailer beaucoup plus bourrin consacré à Hit-Girl (de loin le personnage le plus marquant du film et qui fait bien-sûr scandale aux USA), mais cela risque de vous gâcher la surprise de quelques passages violents (même s'il y en a plein d'autres).

Pour info, sachez qu'au départ les grands studios hollywoodiens ont refusé de financer le film (sauf à la condition de l'édulcorer ou de rendre les protagonistes plus âgés) mais le réalisateur Matthew Vaughn (Layer Cake) croyait tellement dans son projet qu'il la financé lui même (avec finalement l'aide de la petite société de production de Brad Pitt : Plan B Entertainment). Le film a fait un énorme carton aux USA (OK, ce n'est pas forcément un gage de qualité) et les critiques sont dans l'ensemble très bonnes (contrairement à celles d'Iron Man 2 qui sont un peu plus mitigées) !

En ce qui me concerne, ce film vient de prendre place aux côtés de ce que je considère comme étant les meilleures adaptations de comics pour adultes (The Crow, 300 et le génialissime Watchmen) mais avec un côté fun en plus !

Allez vite le voir avant qu'il ne disparaisse des salles obscures car le public français n'est pas encore prêt pour ce genre de films qui sortent des sentiers battus (comme Watchmen justement). Je ne lui promets pas un grand succès en salles mais je sais qu'il se rattrapera largement en DVD s'il est correctement marketé (pas comme Watchmen, quoi !).

Vivement la suite...

29 avril 2010

Critique ciné : La Comtesse

Habituellement, je ne suis pas trop fan de films d'époque ou en costumes (à part peut-être 300, mais je ne suis pas sûr que ça compte) mais là il s'agit tout de même d'une icône de la culture Metal et Gothique : la célèbre Comtesse hongroise Erzsébet Bathory (Elisabeth Bathory en VF) !


Ce film réalisé et interprété par la française Julie Delpy nous raconte la vie de la Comtesse, de sa naissance à sa mort, en s'attardant bien évidemment sur les innombrables meurtres de jeunes filles vierges dont elle recueillait le sang afin d'en imprégner sa peau pour qu'elle reste douce et jeune.

La première chose que j'ai apprécié dans ce film, c'est sa grande sobriété. Malgré l'époque et les costumes, les lumières sont froides et on nous épargne la grandiloquence inutile des dialogues alambiqués et des décors pompeux. Cela nous aide à rester sur les personnages, d'autant plus que la mise en scène nous épargne également les scènes qui auraient pu être les plus sanglantes. Les amateurs d'hémoglobine à foison peuvent en effet passer leur chemin et garder pour eux leur fantasme de baignoire remplie de sang (scène qui n'a jamais existé en réalité). La scène similaire (et très réussie) de l'effroyable Hostel 2 restera la référence du genre...

Le second point fort du film est l'interprétation de Julie Delpy qui nous dépeint un personnage tour à tour passionné, froid ou enclin à la folie. Bien que figé la plupart du temps, son visage évolue au gré de petites nuances selon l'état d'esprit ou la perception de la Comtesse. Belle performance !



Au final on a un beau film avec peut-être quelques longueurs mais dont l'intérêt est de tordre le cou au mythe en rendant le personnage de la Comtesse Bathory plus humain et donc à la fois plus cruel et plus torturé tout en laissant de côté l'aspect mystique de la légende.

Bon allez, je m'en vais réécouter le classique Countess Bathory de Venom...

27 avril 2010

Ça c'est du clip très très violent !

Et ce n'est même pas du Metal !!! Il s'agit du nouveau clip de MIA (jamais entendu parler avant cette histoire) qui est en train de faire scandale et qui choque quasiment tous ceux qui l'ont vu. Publié depuis hier, il est déjà interdit de diffusion sur les chaînes américaines et les plateformes de partage de vidéo musicales n'auraient pas l'intention de le mettre en ligne.

Je ne suis pas spécialiste de ce type de musique donc j'espère ne froisser personne en disant qu'il s'agit de musique électronique teintée de hip-hop ou un truc dans le genre.

La vidéo (de près de 9 minutes) illustre le morceau "Born Free" et a été réalisée par le français Romain Gavras (fils de Costa-Gavras et co-fondateur du collectif Kourtrajmé).

Je n'ai pas l'habitude de m'offusquer à la première goutte de sang mais là je dois bien avouer que ça va très loin ! C'est donc sans la moindre hésitation que je déconseille vivement le visionnage de ce clip aux personnes sensibles à l'ultra-violence gratuite et aux fans de Ron Weasley (de Harry Potter). Je ne plaisante pas !



Trouvez-vous que c'est de l'art ? Ou juste un déchaînement de violence gratuite intolérable ? Perso, je penche pour la première option, mais je maintiens que ça n'est pas destiné à être vu par tout le monde...

26 avril 2010

Tchernobyl : 24 ans

Avec ces idioties au sujet de Facebook, j'en oublierai presque de parler de choses plus importantes et qui me tiennent vraiment à cœur comme les dangers du nucléaire ! Ça fait aujourd'hui 24 ans qu'explosait un réacteur de la centrale de Tchernobyl, ce qui a donné lieu à la plus grande catastrophe nucléaire de l'ère moderne.


Aujourd'hui, on s'en souvient encore vaguement mais l'opinion générale ne semble pas avoir changé comme elle l'aurait dû suite à un tel cataclysme. D'habitude, je ne suis pas trop fan des copier/coller mais pour dresser un rapide état des lieux je vais retranscrire ici un article intitulé "Tchernobyl, un an de plus et rien de neuf" paru aujourd'hui sur le blog Six Pieds Sur Terre qui résume bien mon sentiment :

Chaque année, le 26 avril ne peut laisser insensible toute personne intéressée par les questions nucléaires. Cette date est entrée dans l'histoire il y a 24 ans, lorsque le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé.

Comme chaque année, le réseau Sortir du nucléaire a comptabilisé plus de 200 actions dans une vingtaine de pays: rassemblements, manifs sonores, sit-in silencieux, chaîne humaine au Trocadéro, ... Comme chaque année, les associations opposées au nucléaire ont rappelé que des millions de personnes vivent encore dans des zones contaminées, que ces populations consomment des produits agricoles chargés en césium-137 ou en strontium-90, et que ces régimes alimentaires entraînent de facto des conséquences sur la santé. Dans le sud-est de la Biélorussie, selon le Réseau Sortir du Nucléaire, environ 4 enfants sur 5 sont contaminés. "La radioactivité est invisible, mais reste mortelle pendant des millénaires. Depuis 24 ans, les autorités internationales, et en particulier l’OMS, n’apportent aucune véritable réponse aux populations touchées." Pour les ONG, l'Organisation mondiale de la Santé est inféodée à la puissante Agence internationale pour l'énergie atomique (Aiea). Liée à l'Agence par une clause de confidentialité, l'OMS ne publierait pas les données exactes sur l'état des lieux sanitaires de la catastrophe. Sur le sujet, voir le post de l'année dernière.

Comme chaque année, la commémoration de la catastrophe laisse de marbre. Pire, alors que l'industrie nucléaire prétend maladroitement répondre aux enjeux énergétiques du XXIème siècle, alors que ses coûts et surcoûts, ses manquements et ses incidents à répétition dévoilent une énergie plus fragile et imparfaite que jamais, les antinucléaires peinent à mobiliser. Ils disposent pourtant d'éléments factuels solides et d'alliés de choix (le réseau Global Chance ou l'association Negawatt). Les récentes bisbilles au sein du réseau Sortir du nucléaire -qui a viré son porte-parole Stéphane Lhomme il y a un mois- affaiblissent inutilement une cause qui aurait besoin de maturité, de visibilité et de clarté.

Comme chaque année, on va y penser puis oublier et attendre 2011, année des 25 ans de l'explosion, chiffre autrement plus bandant d'un point de vue médiatique que 24 ou 23. Comme chaque année, des internautes peu respectueux les uns des autres vont s'empoigner sur les forums, dans les commentaires, pour tenter de se convaincre qu'ils sont les seuls à avoir raison. Comme chaque année, le nucléaire nous aura rendu stériles jusqu'aux tréfonds du net.

R.I.P. Facebook lite... Vive Facebook like !

OK, je me suis peut-être un peu emporté suite à la disparition de la version "lite" de Facebook... Comme me l'a dit un célèbre podcasteur français (via Twitter), Facebook lite n'a pas vraiment disparu. Il n'était simplement plus nécessaire car la version standard de Facebook s'est beaucoup allégée ces derniers temps.

D'accord, c'est pas faux... Le design du site a été légèrement revu et on peut masquer les messages générés par les applications (une par une), mais bon, ça reste quand-même un sacré foutoir ! C'est sûr que c'est difficile de continuer d'innover tout en maintenant une interface claire et simple (Twitter est malheureusement en train de suivre la même voie), mais sur Facebook il y aurait certainement la possibilité de faire de gros efforts (comme le prouvent certains projets avortés).

Sinon, souhaitons quand-même la bienvenue à une nouvelle fonction : le bouton "Like" ou ("J'aime" en version française) sur tout le net. Jusqu'ici, il vous était possible de cliquer sur "J'aime" pour réagir aux messages de vos amis sur Facebook. Mais maintenant cette fonction va s'exporter hors du site de Facebook et vous pourrez trouver ce bouton sur tous vos sites préférés (quelques sites l'ont déjà mis en place ici, ici ou ici en début ou en fin d'article). Cela vous permet d'un simple clic de partager un lien sur votre mur (et donc sur celui de vos amis), mais cette fonction était déjà possible avec le bouton "Partager sur Facebook". Ce que le bouton "J'aime" sur le net permet en plus, c'est de voir directement dans l'article combien de personnes ont "aimé" ce qui est écrit ou montré :


Une grande avancée ? J'en doute...
Un nouveau gadget qui va faire fureur ? Possible...

En tout cas, c'est pas pour tout de suite sur ce blog ! J'attendrai de voir l'impact réel de ce nouveau bouton sur la qualité du net.

Et sinon, c'est pour quand le bouton "Je n'aime pas" sur Facebook ?

20 avril 2010

Facebook lite ne répond plus ! (update)

Vous connaissez Facebook ? Oui, forcément... OK et Facebook lite ? C'est moins sûr, et pourtant ça pourrait vous plaire si vous faites partie de ceux qui (comme moi) en ont marre des pubs de plus en plus envahissantes dans la colonne de droite ou des innombrables messages générés par les applications plus débiles les unes que les autres de vos amis (photos du jour, fermes virtuelles et autres bêtises en flash)...

Facebook lite a été lancé en septembre 2009, officiellement c'était destiné aux internautes ayant des connections internet très lentes ou des ordinateurs (navigateurs ?) poussifs car il s'agit d'une version allégée du site dont les pages se chargent plus rapidement. Officieusement, tout le monde savait qu'il s'agissait en fait d'une réponse à la montée en puissance de Twitter dont l'aspect très simple et très épuré a fait des ravages outre-atlantique (alors qu'en France, c'est encore très discret).

Le principe de Facebook lite est très simple, vous l'aurez sûrement déjà compris il s'agit simplement de Facebook sans toutes les pubs à droite (il y en a juste une) et surtout sans les messages générés par les applications ni le chat interne au site. L'interface est également légèrement simplifiée (seuls les avatars principaux sont affichés) et cela permet effectivement aux pages de se charger plus vite.


Or depuis hier je n'arrive plus à me connecter à Facebook lite car l'URL est redirigée vers celle du Facebook standard et cela m'agace prodigieusement. OK, ce n'est rien de bien grave vu l'intérêt (quasi-nul) que je porte à ce réseau social mais j'espère qu'il n'ont pas supprimé le seul aspect intelligent de ce site. Peut-être qu'il ne s'agit que d'un souci temporaire mais au moins ça aura été l'occasion de vous parler de Facebook lite...

PS : visiblement je ne suis pas le seul sur le net à me plaindre sur ce sujet...

Update 21/04/2010 : Facebook a confirmé hier avoir mis fin à l'expérience Facebook lite et remercie tous ceux qui l'utilisaient (et on peut crever pour avoir plus d'explications). Bande d'enfoirés, ça vous gênait tant que ça qu'on veuille échapper à toutes vos pubs, applications et trucs inutiles...

15 avril 2010

R.I.P. Peter Steele

Merde, je viens d'apprendre le décès du chanteur/bassiste de Type O Negative : Peter Steele. Il nous a quitté le 14 avril à l'âge de 48 ans à cause d'une défaillance cardiaque apparemment...


Cette grande armoire à glace qui mesurait plus de 2 mètres et pesait facilement plus de 100 kg était bien connue pour ses dépressions à répétition (il se shootait au Prozac et au vin sur scène à une époque) et pour son humour noir parfois très particulier (il avait utilisé une photo de son anus en gros plan pour la pochette d'un album "soit-disant" live de Type O Negative où il insultait le faux public entre les morceaux, la pochette a bien évidemment été censurée). Il avait couru après la mort (artistiquement parlant) tout au long de sa vie et de sa carrière avec des morceaux comme "Love You To Death", "Die With Me", "Everyone I Love Is Dead", "Everything Dies", "Life Is Killing Me" ou encore "Dead Again"...

Il avait également posé nu (et en érection) pour le magazine Playgirl en 1995 mais avait ensuite amèrement regretté cet acte après avoir appris que le lectorat du magazine n'était composé de femmes qu'à 23%...

Sa voix pouvait être à la fois trèèès grave et également prodigieusement mélodique et romantique et cela donnait à la musique de Type O Negative un côté nostalgique et onirique que je n'ai jamais entendu ailleurs. Pour en témoigner, voici l'un de leurs plus beaux morceaux "Love You To Death" :

14 avril 2010

Le dernier morceau de Dimebag Darrell !

L'édition du mois d'avril 2010 du magazine anglais Metal Hammer nous propose en exclusivité un enregistrement inédit d'un morceau composé et interprété par Dimebag Darrell (ex-Pantera, Damageplan) avant son assassinat tragique en décembre 2004. Présenté comme étant le dernier enregistrement de Dimebag Darrell, ce morceau a été trouvé par son ex-compagne Rita Haney et a ensuite été confié à Dave Lombardo (batteur de Slayer) pour qu'il s'occupe de la production. Ce dernier confie d'ailleurs n'avoir pas fait grand-chose à part nettoyer un peu le son.


Ce morceau (qui n'a pas de titre) évoquerait une soirée alcoolisée que Dimebag aurait passé en compagnie de son ami Zakk Wylde (guitariste/chanteur de Black Label Society). Sur ce titre, Dimebag joue bien évidemment toutes les parties guitare mais il y assure également le chant.

Retrouvez ce morceau inédit dans cette vidéo qui contient des photos de Dimebag à diverses époques de sa vie :



R.I.P. Dimebag !

12 avril 2010

Metalfest 2010

C'est pas parce-que je ne peux pas me rendre au Hellfest cette année que je vais me priver de festivals et de concerts Metal cet été ! Outre le Sonisphere près de Zürich (dont je vous ai déjà parlé), je me rendrai également en Suisse dès le mois prochain pour un festoche de plus petite envergure mais à l'affiche tout de même diablement (ah non, on avait dit pas de références sataniques qui pourraient irriter Mme Boutin...) excitante : le Metalfest 2010 (site officiel) !

Ce festival sur 3 jours aura lieu dans 5 pays différents (plus ou moins au mêmes dates) et en ce qui me concerne c'est l'édition suisse qui m'intéresse puisqu'elle aura lieu dans la périphérie de Bâle (donc à 30 minutes de voiture de chez moi) et sur un site que je connais bien.


Niveau Thrash-Metal (ce qui m'intéresse le plus), on sera très bien servis cette année avec les géniaux (et souvent sous-estimés) Testament dont l'énergie sur scène (surtout celle du chanteur) impressionne toujours. Dans le même style, les gars de Death Angel assurent très bien également, j'ai gardé un très bon souvenir de leur prestation au Hellfest 2008. Et même si je ne supporte pas ce que ce groupe est devenu (ça fait longtemps qu'ils auraient du changer de nom par honnêteté pour les fans vu que les principaux membres d'origine sont partis et qu'ils ne font plus que des albums de merde), j'irai peut-être jeter une oreille à la prestation de Sepultura au cas où ils jouent (massacrent ?) quelques bons vieux classiques même si je sais qu'ils n'en jouent plus tant que ça aujourd'hui (un comble ! dire qu'à une époque je ne jurais que par ce groupe...).

Pour me consoler, j'irai me prendre quelques bonnes claques de Thrash-Death avec les toujours très efficaces Vader, l'énorme rouleau-compresseur de Bolt Thrower (un vrai évènement car ils ne tournent quasiment plus et ils ne sortent plus d'album) et mes chouchous de Legion Of The Damned dont les riffs simples et efficaces me mettent toujours en joie !

Dans un style nettement plus mélodique, pour rien au monde je ne raterai les gars de Nevermore qui font partie des très rares groupes à avoir su amener la puissance de la musique et le lyrisme du chant à un tel niveau de perfection.

En dehors de mes favoris pré-cités, j'irai tout de même voir quelques pointures du Metal extrême qui seront présentes comme Deicide (ils ont tout de même quelques morceaux que j'adore), Six Feet Under (à part leurs reprises, je suis pas trop fan...), Rotting Christ (je ne connais rien d'eux et je ne suis pas sûr que ça me plaise), Marduk (au secours, je ne suis pas sûr de tenir le temps d'un morceau complet) ou Behemoth (au secours, je ne suis pas sûr de tenir le temps d'une intro de morceau).

Par curiosité, j'irai m'initier à la musique Black/Viking de Bathory par le biais du all-star band Twilight Of The Gods qui lui rend hommage. Et en tant que bon païen (désolé Christine), j'irai faire la fête au son de Eluveitie, Finntroll et autres Korpiklaani car même si ce n'est pas forcément ma tasse de thé, le public germanophone en raffole et c'est toujours un grand moment de partage (de bières) et de convivialité.

Sans compter tous les autres groupes que je vais découvrir...

Et vous, à part le Hellfest, vous allez où cette année ?

9 avril 2010

Mmmm... la belle Veuve Noire !

Je n'ai rien d'intelligent à raconter en ce moment (comme toujours diront les mauvaises langues) donc permettez-moi de vous faire partager les superbes affiches du film Iron Man 2 (dans les salles obscures françaises le 29 avril, c'est tout proche). Les premiers posters auguraient du meilleur, et cela s'est confirmé par la suite avec des images magnifiques de Iron Man (vous avez noté que l'armure est légèrement différente sur celui-ci ?) et War Machine en solo. Il y a aussi eu les très classiques photos de groupe (avec ou sans Whiplash), et les magnifiques bustes des 2 héros qui ont l'air nous de dire : "Fais pas chier ou je te dégomme le faciès à coups de rayons plasma !".

Mais l'affiche qui a vraiment retenu mon attention (on ne se refait plus à mon âge), c'est celle qui est exclusivement dédiée à la Veuve Noire (incarnée par la délicieuse Scarlett Johansson) :
(Cliquez pour agrandir)


Mmmm, je crois que je n'avais pas vu d'aussi belle affiche de cinéma depuis celle du premier film Tomb Raider...